Chargement en cours

Actualités

La cérémonie des voeux de la FPF

La cérémonie des voeux de la FPF s'est tenue le 21 janvier à la Maison du Protestantisme

en présence de Monsieur le Ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner et de Monsieur le Président du Sénat, Gérard Larcher.

Retrouvez le texte de François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France

« Cette année s’ouvre sous le signe de ces mots du prophète Esaïe que la Fédération protestante a choisis pour vous, des mots qui nous sont adressés personnellement de la part de celui qui conduit mystérieusement chacune de nos vies : « Tu es précieux à mes yeux, n’aie pas peur car je suis avec toi ».
Précieuses en effet sont les personnes qui nous sont confiées et qui ont du prix aux yeux de Dieu, précieux sont les femmes et les hommes que nos Églises accueillent, forment et rendent témoins et citoyens engagés dans la société.
Précieux sont les plus vulnérables et ceux qui comptent pour peu aux yeux de beaucoup ».
Lire le discours en pdf

et le texte de Gérard Larcher, président du Sénat. Lire (pdf)

+ de photos

Source : protestants.org

Vie en marche

Vie en marche le 27 janvier 2020

Un parcours où sont abordées avec tact et respect les questions essentielles concernant le sens de la vie.

Les participants découvrent ensemble comment les textes bibliques interpellent aujourd’hui notre existence.

Des représentations disposées à même le sol, composées d’objets du quotidien, d’éléments de la nature et de symboles, sont conçues pour rendre le message biblique facilement accessible.

Dans la réflexion personnelle, l’échange, le dialogue et la créativité partagée, les participants font l’expérience d’une nouvelle relation entre foi et vie quotidienne.

Ils apprennent à parler de leur foi et permettent ainsi à des personnes qui peinent à passer le seuil de la communauté d’avoir un contact personnel avec le message biblique.

Paroisse de Bischwiller, 6 rue de l'Eglise 67240 BISCHWILLER, entrée libre

Source : uepal.fr / crédits photos: Canva

Voyage au pays de la Foi

Voyage au pays de la foi

Que vous soyez engagé dans la foi ou en recherche de sens, curieux, sceptique, en attente, membre ou non d’une Église… ce voyage est fait pour vous !

Il pourrait être l’occasion de renouveler notre façon de vivre !

Le pasteur Guy-Pierre Geiger animera ce parcours.

Retrouvez le programme ici: Téléchargez le programme

Source : uepal.fr

J.S. Bach - Passion selon Saint--Jean BWV 245

J. S. BACH – Passion selon Saint-Jean BWV 245

A l’approche de Pâques, l’UEPAL proposera trois représentations de la Passion selon Saint-Jean par J.S. Bach, une œuvre emblématique du répertoire de musique spirituelle. Éminemment évocatrice et bouleversante, il s’agit d’une interprétation poétique, musicale et religieuse de cet épisode fondamental des Évangiles.

Avec 6 solistes, un chœur, une chorale transfrontalière (et participative !), un orchestre baroque de 16 musiciens, l’effectif sera important et de qualité !

Vente des billets à venir

Distribution :

  • Jonas Bruder, ténor – Evangéliste
  • Laurent Koehler, basse – Jésus
  • Jean-Gabriel Saint-Martin, basse – Pierre, Pilate
  • Claire Trouilloud, soprano
  • Julien Freymuth, alto
  • Jean-Noël Teyssier, ténor

Chorale Traverso (dir. Christiane Martin)
Ensemble vocal Bach 2020
Orchestre baroque
Daniel Leininger, direction

Représentations : 

  • samedi 28 mars 2020  à 20h – église protestante de Saverne
  • dimanche 29 mars 2020 à 17h – Strasbourg, église protestante St Pierre-le-Jeune
  • dimanche 5 avril 2020 à 17h – église protestante de Wissembourg

 

Source : uepal.fr

La chronique cinéma de Fréquence Protestante

La chronique cinéma de Fréquence Protestante

Garance Hayat présente les films à l'affiche avec notamment "Le miracle du Saint-inconnu", "Cunningham" et s'entretient avec Benjamin Parent, réalisateur de "Un vrai bonhomme".

Pour la chronique, cliquez ici

Source : Regards protestants, un contenu proposé par Fréquence Protestante

Grégory Turpin va chanter à la Tour Eiffel

Musique: Grégory Turpin va chanter à la Tour Eiffel

Peut-on rêver d’un meilleur cadre que la Tour Eiffel pour lancer un nouvel album? Le 18 janvier, Grégory Turpin y chantera les titres de son nouvel album «En Son Nom» et des chansons arrangées des groupes Hillsong ou Jesus Culture. Natasha St-Pier et la brésilienne Ziza Fernandes chanteront également dans ce qui sera un concert de louanges. «Prier pour Paris et la France, c’est ce à quoi Grégory Turpin, meneur de cette louange, veut convier les chrétiens», selon Aleteia.

«En Son Nom» est le premier album de louange de Grégory Turpin, chanteur de confession catholique régulièrement invité dans les rassemblement évangéliques. Ses chansons qualifiées de «pop spi» sont des chansons spirituelles influencées par la pop et le rock. Grégory Turpin a rempli l’Olympia, reçu un disque de platine en 2013, mais selon Aleteia, «une ambition profonde demeure: associer son talent à l’espérance chrétienne.»

Source : http://www.evangeliques.info.

L'Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2020

Portes Ouvertes sort l'Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2020

L'association Portes Ouvertes au service des chrétiens persécutés publie le 15 janvier son Index Mondial de Persécution des Chrétiens annuel

« Même dans la nuit la plus sombre, les étoilent brillent. » C’est avec cette phrase d’encouragement que Patrick Victor, directeur de l’association Portes Ouvertes a conclu mercredi 15 janvier sa présentation de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2020.

Pourtant cette année encore, et comme depuis sept ans, l’association constate une augmentation des persécutions à l’échelle mondiale. Elle recense plus de 260 millions de chrétiens opprimés soit près de 15 millions de plus que l’année précédente.
Cette croissance s’explique notamment par le durcissement de la répression religieuse en Chine et par la montée du djihadisme en Afrique.

L’Afrique est particulièrement touchée par cette augmentation, 1 chrétien sur 5 y est fortement persécuté. Une tendance que Portes Ouvertes s’attend à voir continuer puisque, si trois pays africains font leurs entrées dans ce classement des 50 pays persécutants le plus les chrétiens, 15 autres nations africaines sont référencés « Persécutions fortes » mais restent en dehors de ce « TOP 50 ».

Autre sujet d’inquiétude : les nouvelles technologies comme la reconnaissance faciale ou l’intelligence artificielle dans le but de ficher ou catégoriser les chrétiens ont tendance à se développer, particulièrement en Chine.

Quelques points positifs sont tout de même à noter notamment le nombre de chrétiens tués pour leur foi qui est en baisse pour la première fois depuis quatre ans.

Vidéo :

Résumé de l'Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2020

Comment est élaboré l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens ?

 

Source : protestants.org et Portes ouvertes 

Exposition KIVU, Festival de la BD Chrétienne

Exposition KIVU. Festival de la BD chrétienne, Temple protestant d'Angoulême, 29 janvier au 2 février

Exposition KIVU - Festival BD Chrétienne. Temple Protestant, rue de Belat – 16000 Angoulême

Jeudi 30 janvier : Vernissage de l’exposition, 18h30 au temple.L’équipe de l’Association Protestante pour la Valorisation de la Bande Dessinée a le plaisir de vous inviter à venir découvrir l’exposition KIVU et à participer aux évènements suivants :

Samedi 1 février : Table ronde "Violences faites aux femmes en Afrique ... et ailleurs : accueillir, guérir, restaurer", 11h au temple.

+ d'infos

Cette exposition sera itinérante et pourra donc être proposée au delà du festival d’Angoulême.

Contact: Thomas CHAMARD –06 30 33 26 49

 

 

Source : protestants.org

Qu’est-ce qu’un coopérative alimentaire participative ?

Radio Arc-en-Ciel prend un café avec Françoise Pèlerin, la déléguée de l'association Coopalim, un projet de coopérative alimentaire participative.

 

Une coopérative d’un nouveau genre s’est installée depuis 2018 à Strasbourg, dans le quartier Gare. 500 adhérant·es sont acteur·trices et décideur et décideuse du projet.

 

Dans cette épicerie d’un genre un peu particulier, les clients sont également ceux qui mettent les produits en rayon, assurent l’approvisionnement, tiennent la caisse… En échange de pouvoir acheter des produits bios ou issus de l’agriculture raisonnée, le plus souvent venus d’Alsace, à un prix raisonnable, chaque coopérateur doit donner 3 heures de son temps à l’épicerie chaque mois. Rencontre et visite dans le local de l’association, au 7 rue Kageneck…

 

Voici le lien vers l'émission : Un café avec Françoise Pèlerin, déméguée de Coopalim

 

Source : regardsprotestants.com, un contenu proposé par Radio Arc-en-ciel

 

Discours contre l'antisémitisme

Discours de Frédéric BAUDIN invité à s'exprimer par Monsieur Benjamin, président du CRIF-Marseille. Discours tenu lors de la manifestation du  5 janvier 2020 contre l'antisémitisme à la suite du meurtre de Sarah HALIMI, dont le motif antisémite a été retenu mais dont l'agresseur ne sera pas jugé, invité à s'exprimer par Monsieur Benjamin, président du CRIF-Marseille.

Le pasteur Frédéric BAUDIN s'exprimait au nom de la Commission de relations avec le peuple juif du CNEF. Cette commission (en création) a pour vocation d’exprimer notre amitié au peuple juif et, entre autres, de combattre toute forme de racisme et d’antisémitisme. L'antisémitisme, et tout autre attitude anti-religieuse en France, va à l'encontre de la liberté de religion défendue par le principe de la laïcité.

Il est grand temps pour nous, protestants évangéliques, de réagir de façon plus visible, plus audible, plus déterminée, contre toute forme d’antisémitisme, et donc de manifester clairement notre opposition à cette haine qui gangrène notre société..

Je veux en particulier exprimer ma sympathie à la famille Halimi, et plus largement à la communauté juive, à la suite du meurtre de Sarah Halimi qui soulève l’indignation, notre indignation, la vôtre et la mienne, celle de nos communautés protestantes évangéliques, et celle de nombreux concitoyens, juifs et non-juifs.

Nous sommes, comme vous, surpris, consternés même, par la décision prise suite à l’expertise psychiatrique, concluant à l’irresponsabilité pénale de l’assassin.

Que ce meurtre ait été commis pour des motifs antisémites, il semble que cela soit aujourd’hui reconnu, pour autant que j’aie pu en juger, d’après les articles et les rapports que j’ai consultés.

Je m’étonne, cependant, des atermoiements pour en arriver à ce simple constat, comme nous avons pu l’observer, hélas, à d’autres occasions ces dernières années… Je trouve ces hésitations pour le moins étranges…

Je m’indigne ensuite, avec vous, devant l’absence de procès et de jugement, et cela pour au moins trois raisons :

  1. D’abord, parce que la loi et notre institution judiciaire, dans un État de droit comme la France, doivent permettre d’exposer les faits de manière objective et de faire ensuite justice à la victime, et à sa famille. C’est le moins qu’on puisse attendre de la justice, et cette attente n’est pas satisfaite à ce jour.

  2. Ensuite, parce que toute décision de justice, tout jugement a un caractère exemplaire pour la société, et son absence également, de façon négative. Après chaque affaire où l’impunité l’emporte, pour diverses raisons, une jurisprudence s’installe, et l’on sait qu’elle peut conduire, si l’impunité n’est pas entièrement et clairement justifiée, à la banalisation des actes les plus répréhensibles… Je me méfie beaucoup de cette banalisation, et de l’indifférence, de la passivité, qu’elle peut induire chez nos concitoyens…

  3. Enfin, je ne suis pas psychiatre, ni juriste, mais je constate que les experts ont hésité sur le degré de conscience de l’accusé, et que plusieurs ont refusé de conclure jusqu’à l’irresponsabilité totale.

J’aimerais m’exprimer ici en tant que pasteur, en homme aux prises avec ce qu’il convient toujours d’appeler le « péché », dans sa définition biblique.

Il me semble que cette bouffée délirante, invoquée par certains psychiatres pour dépénaliser le présumé coupable, n’exténue pas toute responsabilité, si j’en juge au moins d’après les circonstances, telles que j’en ai eu connaissance et telles que je les ai comprises.

Le délire du meurtrier est sans aucun doute réel, il est d’ailleurs accru, exacerbé et peut être même provoqué par la prise, bien consciente, de stupéfiants.

Mais cet état de délire, qui anéantirait la responsabilité du meurtrier, me semble au contraire, comme dans un mauvais rêve, un cauchemar, révéler un sentiment, une pensée, enfouie, voire entretenue au plus profond de l'être, et qui s'exprime, précisément, dans ce geste où la volonté suit une sorte d'automatisme, de conditionnement qui conduit jusqu’au comportement et jusqu’à l’acte extrêmes…

C’est cela, cet entraînement fatal qui ne part pas de rien, mais du plus profond de l’être humain, qu’on appelle le « péché »… Bouffée délirante, sans doute, mais comme l’enseigne le Sage, Qohélet (l’Ecclésiaste) dans la Bible, les rêves sont alimentés par nos actes quotidiens, nos pensées les plus diverses, et ils peuvent tourner au cauchemar…

« C’est de l’abondance du cœur que la bouche parle », comme le dit l’un de nos prophètes, et non des moindres…

Je forme aujourd’hui des vœux, accompagnés de notre prière, pour que nous puissions apprendre à vivre ensemble, Juifs et non-Juifs, dans le respect de notre diversité, et que  nous vivions en paix dans cette belle ville de Marseille, et dans notre pays…

Pasteur Frédéric BAUDIN, Marseille, 05/01/2020

 

Source : lecnef.org 

Les voeux du Protestantisme pour 2020 sur Radio Arc-en-ciel

Dans la Matinale VIP du jeudi 9 janvier 2020 en direct de 7h à 9h, le thème était le protestantisme en Alsace.

L'occasion de formuler des voeux pour 2020.

Les invités de la matinale VIP :

Patricia Rohner Hege est Vice présidente de L'Union des églises protestantes d'Alsace et de Lorraine, Rudi Popp (pasteur du Temple Neuf et président du Conseil Protestant de Strasbourg). Michel Schneider, président du Conseil National des Evangéliques 67 et pasteur de l'église pentecôtiste internationale de Strasbourg (EPIS) Joël Etcheverry, Major de l’Armée du Salut de Strasbourg.

 

Voici le lien vers les voeux des invités : 

 

Patricia Rohner Hege - Les voeux pour 2020 (Vice présidente de L'UEPAL)

Michel Schneider Les voeux pour 2020 (président du CNEF 67 et pasteur de l'EPIS)

Joël Etcheverry - Les voeux pour 2020 (Major de l'Armée du Salut de Strasbourg)

Rudi Popp - Les voeux pour 2020 (pasteur du Temple Neuf et président du CPS)

 

Retrouvez l'émission complète ici

 

 

 

 

 

 

 

Semaine universelle de prière 2020

Semaine universelle de prière 2020, édito

Le mystère de la grâce divine ne vise pas seulement le salut de notre âme et notre éternité. Il est plus large et plus profond que cela. Il inclut aussi l’idée du service préparé d’avance par Dieu pour ses enfants au travers d’œuvres que lui-même a déjà prévues pour sa propre gloire : « Nous avons été créés en Jésus-Christ pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance afin que nous les pratiquions » (Eph 2.10). Dieu ayant pensé nous associer à la réalisation de son dessein bienveillant pour l’humanité, nous voici ouvriers avec Dieu, par sa grâce.

Lorsque l’apôtre Pierre évoque le nouveau temple dans sa première lettre, il nous y décrit comme des « pierres vivantes » mais aussi comme des sacrificateurs pour le Roi (I Pier 2.5, 9). Chacun d’entre nous, sans distinction de personnes, a sa place et sa fonction dans cette grande maison dont Jésus-Christ est la pierre d’angle. Il ne s’agit pas d’un bel édifice dressé en mémoire de quelqu’un qui s’est signalé par sa notoriété mais bien d’un temple vivant où le culte du Dieu Rédempteur doit être célébré. Dans le même ordre d’idée, l’apôtre Paul rappelle aux Thessaloniciens (1 Thes 1. 9) convertis comment ils ont abandonné les idoles païennes pour servir le Dieu vivant et vrai et lui rendre un culte.

On pourrait penser facilement que ce service dans la Maison de Dieu nécessite seulement de l’enthousiasme.

La bonne volonté et le zèle sont certainement nécessaires mais ils ne sont pas suffisants.

Lorsque l’apôtre Pierre précise que nous sommes prêtres du Roi (version Français courant), il faut entendre un service exigeant dont la finalité est la gloire de celui qui nous a rachetés à un prix exceptionnel.

Le Nouveau Testament nous apprend que Jésus-Christ a donné à l’Église des ministères en vue de son équipement pour qu’elle soit en mesure d’accomplir sa mission sur la terre : « C’est lui qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme bergers et enseignants. Il l’a fait pour former les saints aux tâches du service en vue de l’édification du corps de Christ… » (Eph 4.11-12).

La Parole de Dieu aussi contribue à l’équipement des chrétiens: « Toute l’Écriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit formé et équipé pour toute œuvre bonne » (2 Tim 3.16-17).

La Bible montre par plusieurs exemples que Dieu a employé des hommes pour son œuvre après les avoir formés en vue de la tâche à laquelle il voulait les consacrer. Cette formation n’a pas seulement visé le savoir faire mais aussi les compétences spirituelles. Certains d’entre eux ont fait de mauvaises expériences quand ils ont voulu accomplir l’œuvre divine avec leurs seules motivations et leurs propres raisonnements. Si servir Dieu est une chose en soi, le « comment faire » en est une autre qui doit être l’objet de toute notre attention.

Se former, acquérir des compétences et se munir d’outils appropriés contribueront nécessairement à la qualité de notre service spirituel dans la Maison de Dieu.

Ne perdons pas de vue que « notre œuvre est pour le Roi », comme le disait le psalmiste qui voulait écrire un chant nuptial royal.

➡ Retrouvez les ressources liées à la Semaine universelle de prière 2020 sur cette page.

 

Source : https://www.lecnef.org/articles/47642-semaine-universelle-de-priere-2020-edito , lecnef.org, article de Christian Blanc daté du 11.12

Message œcuménique de Noël

Message conjoint de Christian Albecker, Président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine et de Mgr Luc Ravel, Archevêque de Strasbourg

Il y a quelques jours, nous commémorions le premier anniversaire de l’attentat qui a endeuillé Strasbourg et l’Alsace peu avant Noël 2018. Dans le message que les représentants des principales religions ont adressé aux victimes et à leurs proches, nous avons souligné leur courage et leur dignité, qui leur permettait de faire mémoire de ce douloureux événement tout en se tournant vers l’avenir sur un chemin de résilience. Pour accueillir le présent et affronter l’avenir, il est indispensable de faire mémoire du passé.

Célébrer Noël, c’est entrer dans une même démarche qui mêle passé, présent et avenir. Avec la célébration de la Nativité, nous faisons mémoire d’un événement passé, marqué par la foi de Marie qui a dit « oui » au projet de Dieu, et celle des bergers qui ont reconnu dans l’enfant de la mangeoire le Messie attendu. Mais nous nous souvenons aussi de la violence du massacre des innocents. Cet événement de Noël, nous le célébrons aujourd’hui en 2019 pour rappeler l’amour infini de Dieu qui s’est donné lui-même, et qui nous accompagne dans toutes les étapes de notre vie, même et surtout lorsque nous traversons de grandes épreuves.

Nous faisons mémoire du passé, car en lui s’enracine notre espérance pour l’avenir.

C’est le sens du temps de l’Avent : « Advenit, il vient ! ». Le Christ vient dans nos vies si nous l’accueillons comme Marie et comme les bergers. Il vient et se fait proche de nous, en particulier lorsque nous sommes touchés par la souffrance ou la violence. Il vient dans nos vies si nous l’accueillons comme la pauvre crèche qui l’a porté.

Les paroles du célèbre cantique de Jean-Sébastien Bach « Ich steh an deiner Krippen hier – Me voici devant ta crèche » le disent à leur manière « O Christ, mon espérance !  Laisse-moi être ta crèche, viens habiter en moi avec ta joie ! ». Faire mémoire de l’événement passé de Noël, accueillir aujourd’hui le Christ dans nos vies et l’attendre jusqu’au jour où il viendra en plénitude, voilà ce à quoi nous invite ce temps de l’Avent et de Noël. Car « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours » Hébreux 13, 8

Réjouissons-nous : Il vient !

Belles fêtes de Noël à toutes et à tous !

 

Source : https://www.uepal.fr/message-oecumenique-de-noel/, uepal.fr, article daté du 19.12

A l'occasion de la Journée internationale des migrants, une interview de Geneviève Jacques, ancienne présidente de la CIMADE

A l'occasion de la Journée internationale des migrants, une interview de Geneviève Jacques, ancienne présidente de la CIMADE

Interview réalisée dans le cadre des émissions proposées par la plateforme protestante des radios locales, en direct de Bruxelles, sur le thème "Les migrations".

 

Après la série d'émissions sur les migrations et les solidarités, la plateforme protestante française des radios vous a proposé 4 h en direct du Parlement européen de Bruxelles.

--> Radio Arc-en-ciel

 

Retrouvez l'ensemble des émissions :


9-10h : Les couloirs humanitaires, un exemple d’engagement protestant envers les réfugiés : 10-11h : Identité et migrations
https://www.facebook.com/FederationProtestante/videos/988277261534167

13-14-h : Les migrations de l’Afrique vers l’Europe. Entre l’exigence d’accueil et le besoin de développement. 14-15 h : L’engagement associatif protestant
https://www.facebook.com/FederationProtestante/videos/557278761761020/

 

 

Appel de Genviève Jacques, ancienne Présidente de la Cimade

 

Source : http://www.protestants.org/index.php?id=23&tx_ttnews[tt_news]=4478&tx_ttnews[year]=2019&tx_ttnews[month]=12&cHash=96bd2618e6, Protestants.org, mis en ligne le 18.12

 

La joie, la grande joie !

La joie est très présente dans le Nouveau Testament. La « grande joie » apparaît une première fois à l’occasion de la naissance de Jésus et se retrouve à la résurrection.

Au cours des veillées de Noël ou lors du culte de Noël, nous aurons tous l’occasion de lire et de méditer les récits de l’enfance de Jésus, avec les mages et les bergers. Des récits fantastiques, dans tous les sens du terme ! Ils ont bercé notre imaginaire et construit notre foi.

Les mages

C’est dans le récit des mages qu’est utilisé pour la première fois dans le Nouveau Testament le mot « joie » : « Ayant vu l’étoile, ils se réjouirent fortement d’une grande joie » (Mt 2,10). La phrase est difficile à traduire. Elle déborde de mots synonymes, comme pour bien signifier le trop plein d’émotions qui travaille, traverse les mages. Ils se réjouissent mais intensément, profondément. C’est tout leur corps, tout leur être qui vibre et tressaille.

Et cette joie qu’ils ressentent n’est pas banale : c’est une « grande joie ». Une joie spéciale, extraordinaire. Une joie comme on en ressent rarement. Hormis, sans doute, lors des naissances de nos enfants. Et, justement, il est question de naissance. Les mages éprouvent cette « grande joie » quand ils arrivent, guidés par l’étoile, à la hauteur de la maison où Marie vient de donner naissance à son fils, Jésus.

Les femmes

Cette expression n’est pas unique dans le Nouveau Testament. Si elle se trouve au tout début de l’Évangile de Matthieu, dans les récits de l’enfance, elle apparaît également à la fin de cet Évangile, dans les récits de la résurrection : « Prenant la parole, l’ange dit aux femmes : Vous, n’ayez pas peur, car je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. Il n’est pas ici ; en effet, il est ressuscité, comme il l’avait dit. Venez, voyez le lieu où il était couché, et allez vite dire à ses disciples qu’il s’est réveillé d’entre les morts. Il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez. Voilà, je vous l’ai dit.
Elles s’éloignèrent vite du sépulcre, avec crainte et avec une grande joie elles coururent porter la nouvelle aux disciples » (Mt 28,5-8).

Les femmes apprennent de la bouche de l’ange la résurrection de Jésus de Nazareth. Elles éprouvent alors, à cet instant, la vive, l’intense joie qui secouait les mages. Dans l’un et l’autre texte, la « grande joie » est en lien avec Jésus. D’un côté, sa naissance, sa vie qui pointe et qui dessine au monde un horizon nouveau. Et, de l’autre, la résurrection du Christ, la vie plus forte que les puissances de mort, quelles qu’elles soient.

Nous

Par cette expression rare mais dense, Matthieu veut nous indiquer que cette « grande joie » est pour chacun et chacune d’entre nous. Elle ne se décrète pas. Elle se reçoit. Comme un cadeau à Noël, issu de Pâques. Elle est la conséquence de la présence du ressuscité en nous. Par elle, nous pouvons « nous réjouir dans le Seigneur en toutes circonstances » (Ph. 4,4).

Même si nos jours sont difficiles, même si nous connaissons l’épreuve de la maladie, de la séparation, du deuil, du conflit, même dans nos pleurs et nos larmes, la « grande joie » du Christ peut nous saisir. Aussi
paradoxal que cela puisse être. Alors oui, pour ce Noël, que nous puissions tous vivre à temps et à contretemps de la « grande joie » donnée par notre Seigneur, l’Emmanuel.

 

Source : https://regardsprotestants.com/bible-theologie/la-joie-la-grande-joie/ sur Regards Protestants, un article de Christophe Jacon 

Le label Église verte

Le label est un outil à destination des paroisses / Églises locales ainsi que des oeuvres, mouvements, monastères et établissements chrétiens qui veulent s'engager pour le soin de la création

Commencer est souvent le plus difficile, tant les enjeux sont immenses et les solutions semblent complexes. Grâce à une méthode pas à pas, le label a pour objectif d’aider une communauté à démarrer ou à renforcer sa démarche, de l'accompagner dans sa progression, d’afficher son engagement. ​

Le label n’est pas une fin en soi mais un outil d’encouragement et de progression.

Il est à renouveler chaque année.

Contexte

La COP21 a dynamisé la mobilisation des chrétiens sensibles aux questions environnementales et initié une démarche œcuménique qui s’est exprimée notamment par la mise en place du Jeûne pour le climat, la publication de la brochure Habiter autrement la Création, le succès des Assises chrétiennes de l’écologie - qui ont réuni 2 000 chrétiens à Saint-Étienne -, la célébration commune à Notre-Dame de Paris et la mobilisation de nombreuses églises et mouvements pour la COP21 (accueil des pèlerins, marches, remise de 1,8 millions de signatures).

Cette mobilisation visait aussi à être un tremplin pour ensuite impliquer concrètement les chrétiens, les paroisses et les communautés, qui sont aujourd’hui en attente d’une “suite” et de propositions concrètes. De plus, la multiplication d’initiatives du Temps pour la création et, côté catholique, l’Encyclique Laudato Si’, ont rendu les communautés mûres pour des démarches durables.

Le Guide A.M.E

Nouveauté ! Le Guide Accueil des mineurs en Eglise (A.M.E) est en vente aux éditions Olivétan début juillet 2019, c’est-à-dire avant les camps d’été.

Depuis plus d’un an, la Commission jeunesse de la Fédération Protestante de France qui réunit toutes les sensibilités du protestantisme travaille sur un guide pratique à l’usage des organisateurs de séjours pour enfants et jeunes mineurs.

Ce document intitulé Accueil des mineurs en Église (A.M.E.), est composé de 26 fiches pratiques qui abordent tous les aspects de l’organisation d’un séjour, y compris la dimension confessionnelle, l’accueil de jeunes présentant un handicap, la gestion des conflits…

Le public visé par une telle publication est très large : responsables de jeunesse, pasteurs ou responsables de paroisses, organisateur de camps ou de séjours, animateurs…

La Fédération Protestante de France a confié aux Éditions Olivétan la publication de cette brochure (format 21x29,7, 160 pages couleurs) et en contrepartie, les Éditions Olivétan se sont engagées à offrir des conditions préférentielles à toutes les Églises et Mouvements, membres de la Fédération Protestante :

Les Églises et Mouvement peuvent passer des commandes groupées (à partir de 25 exemplaires) en bénéficiant d’une remise de 40 %sur le prix public (soit 9 € TTC, frais de port en sus au lieu de 15€).

La brochure est disponible en téléchargement en format PDFsur le site des Editions Olivétan au prix de 5 €par fichier téléchargé.

Un magnifique travail piloté par Adrien ChabocheMarc Schaefer et David Vandebeulque avec la participation de tous les membres de la commission jeunesse FPF et de nombreux contributeurs.

Pour télécharger le bon de commande

Commande en direct

Nouvelle Bible français courant

Evénement très attendu dans le monde de l’édition biblique, la nouvelle édition de la Bible en français courant sortira le 20 septembre 2019.

La Bible en français courant, publiée pour la première fois en 1982 et révisée en 1997, est une des bibles françaises les plus connues et diffusées : entre 60 000 et 150 000 exemplaires de bibles entières sont vendus chaque année dans le monde ainsi que plus d’une dizaine de milliers de Nouveau Testament. C’est notamment cette version qui est utilisée dans ZeBible, dans La Bible Expliquée ou dans les interlinéaires grec et hébreu. 

Trois ans de révision

Depuis 2016, l’Alliance biblique française s’est lancée dans la révision de la Bible en français courant, avec pour objectif de continuer à transmettre le message de la Bible de façon accessible, pertinente et fiable.

La Bible en français courant avait besoin d’une actualisation approfondie, tant pour rester en lien avec l’évolution de la langue française que pour intégrer les découvertes récentes des spécialistes (découvertes linguistiques venant souvent de recherches archéologiques, qui affinent la connaissance du sens des mots de vocabulaire ou des structures grammaticales).

Une identité interconfessionnelle et francophone

Il fallait aussi être à l’écoute des différentes Églises chrétiennes, pour que la Bible en français courant accompagne les défis d’aujourd’hui. C’est pourquoi, le choix des 57 réviseurs respecte un équilibre entre les différentes confessions du christianisme et représente la diversité de la francophonie avec des réviseurs de Suisse, de Belgique, du Canada, de la République démocratique du Congo et de France. En effet, l’une des forces de la Bible en français courant est d’être interconfessionnelle et diffusée dans l’ensemble de la francophonie.

Les principaux axes de révision

Le comité de pilotage pendant toute la révision a été sensible à moderniser le vocabulaire ou les expressions en français, simplifier des surinterprétations, harmoniser les traductions de mots récurrents, encourager une traduction moins sexiste et inclusive.

Fruit de trois années de travail, impliquant les plus grands spécialistes, la Nouvelle Français courant se veut accessible, son langage clair, fluide et contemporain. Il s’agit d’une version intégrale et fidèle, qui traduit avec rigueur et respect tous les textes originaux.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation notamment l’utilisation de cookies afin d'améliorer la qualité de vos visites et réaliser des statistiques.
Mentions légales / Politique de confidentialitéX