Chargement en cours

Actualités

Culte à l’occasion de la Fête Nationale

Dimanche 12 juillet à 9h30 en église protestante Saint-Pierre le Jeune à Strasbourg

 

L’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine invite à un culte à l’occasion de la Fête Nationale en l’église protestante Saint-Pierre-le-Jeune.

Durant cette célébration,

elles rendent grâce à Dieu pour la liberté et la fraternité vécues et prient pour la paix dans le monde.
elles témoignent de leur reconnaissance à toutes celles et ceux qui assurent notre sécurité au près et au loin.
elles prient pour les victimes des drames qui affectent l’humanité, notamment la pandémie, et pour les personnes qui apportent aide, soutien et réconfort.
elles confient à Dieu toutes celles et ceux qui exercent l’autorité, et président à la destinée de la France, de l’Europe et du monde.
Leur message s’enracine dans cette parole de l’apôtre Paul aux Romains (8, 35 et 39)
« Qui nous séparera de l’amour du Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? J’ai l’assurance que rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. »

 

La célébration sera présidée par Isabelle Gerber, Inspectrice ecclésiastique au Directoire.
Christian Albecker, président de l’UEPAL, accueillera l’assemblée.
La prédication sera donnée par Christian Krieger, vice-président de l’UEPAL.

 

Cordiale invitation à tous

 

Dimanche 12 juillet 2020 à 9h30 en l’église protestante Saint-Pierre-le-Jeune, place Saint-Pierre-le-Jeune à Strasbourg

 

Source : uepal.fr

Quelle Église après le covid-19 ?

Du 8 au 10 juillet, l’EPUdF et l’UEPAL organisent un webinaire sur l’Église après le confinement.

La crise du covid19 et les semaines de confinement font surgir de nombreuses initiatives dans les Églises locales et les paroisses. L’inventivité et la confiance sont de mise pour célébrer les cultes, vivre le lien communautaire. Au détour des expériences, l’Église sort de ses habitudes et de ses bâtiments.

Avant l’été et comme une passerelle vers la suite, l’EPUdF et l’UEPAL proposent de prendre le temps de partager les expériences.

Du 8 au 10 juillet, découvrez des thèmes comme Célébrer, Vivre la communauté, Dedans et dehors, Église collaborative. Chaque thème est abordé par une plénière d’une heure avec la participation de deux intervenants présentant une expérience et des ateliers d’une heure en nombre plus restreint pour élargir les champs de découvertes et faciliter les discussions.

 

Programme :

- Célébrer : Mercredi 8 juillet : Plénière : 20h à 21h / Ateliers : 21h15 à 22h15
- Vivre la communauté : Jeudi 9 juillet : Plénière : 11h30 à 12h30 / Atelier : 12h45 à 13h45
- Dedans et dehors : Jeudi 9 juillet : Plénière : 20h à 21h / Atelier : 21h15 à 22h15
- Église collaborative : Vendredi 10 juillet : Plénière : 9h30 à 10h30 / Atelier : 10h45 à 11h45

 

Sur inscription uniquement : cliquez ici

 

Source : uepal.fr

Net for God - 20 ans de partage !

Net for God est un réseau international relié par la prière, inspiré par la vision de l’abbé Paul Couturier.

Net For God est inspiré par l'image du filet du pêcheur dans l'Evangile de Luc au chapitre 5. Travailler à la paix et l’unité entre les Eglises et les cultures est l’objectif principal de ce réseau, également appelé Fraternité Oecuménique Internationale.

"Que tous soient un ... afin que le monde croie que tu m’as envoyé." (Jean 17, 21)

 

Venez décovrir les actions et projets de Net for God ici

"Les loustics" - Yolande et Philippe Schwab, invités de la matinale VIP sur Radio Arc-en-ciel

"Les loustics", allias le couple Yolande et Philippe Schwab, étaient les invités de la matinale VIP du jeudi 18 juin 2020.

Ces experts de la relation, de l'accompagnement et du couple nous invite à prendre soin de notre couple. Ils présentent également le projet de 4 vidéos pour 4 clés pour réussir cet objectif.

Pour écouter l'émission, c'est par ici

 

 

Toutes les infos ici :

- www.psconseil.com

- www.facebook.com/psconseilstrasbourg

 

Source : Radio Arc-en-ciel et Iris

Reprise des activités musicales

Un webinaire pour faire un point sur la situation et répondre aux questions.

De nombreuses chorales, et bien des ensembles de musique, ont été impactés par la crise du Covid-19 : répétitions et projets de concerts ont été brusquement mis à l’arrêt, des chaînes de contamination ont pu se former.

Un webinaire à destination des musiciens d’Église : choristes, organistes, chefs de chœurs, fanfares, instrumentistes divers, etc. a lieu le lundi 29 juin de 18h à 19h30

Suite à la pandémie, dans quelles conditions peut-on envisager de reprendre les activités collectives (chorales, ensembles instrumentaux, bands,…) ? Quelles mesures prendre ? Comment entretenir le contact avec les choristes et les instrumentistes en attendant la reprise ? Comment faire avec les instruments partagés (piano, orgue…) ?

Un médecin, un pasteur, des chefs de chœur et de fanfare ainsi qu’une organiste feront le point de la situation et répondront dans la mesure du possible aux questions du public.

Un lien permettant la connexion à la conférence sera envoyé aux participants. Seuls les intervenants seront visibles et audibles à l’écran. Les participants pourront réagir et poser des questions sur le fil chat.

Inscription obligatoire : cliquer ici

 

Source : uepal.fr

Esprit es-tu là ? - Les peintres et les voix de l’au-delà

Fleury-Joseph Crépin
Tableau merveilleux n° 11

Au musée Maillol
jusqu’au 1er novembre 2020

Gilles Castelnau

15 juin 2020

Le musée Maillol expose les œuvres de trois peintres issus du milieu ouvrier du nord de la France et qui, plongeant par hasard dans le milieu spirite, lui ont donné une forme picturale.
Ces dessins spirituels semblent de même nature que les mandalas bouddhistes ou hindous. Ils ont l’avantage d’exprimer l’élan intérieur que l’on peut éprouver et leur contemplation permet, si on le souhaite, de se détacher pour un instant du monde réel dans lequel nous sommes pour ainsi dire emprisonnés et de pénétrer un au-delà mystérieux.

 

Augustin Lesage (1876-1954)

 

Il est mineur à Saint-Pierre-lez-Auchel dans le Pas-de-Calais. Il n’a pas fait d’études au-delà de l’école primaire. Un jour à l’âge de 35 ans, alors qu’il travaille au fond de la mine, il entend une voix lui dire : « Un jour, tu seras peintre. » Il ne lui en faut pas plus pour qu’il plonge dans le milieu spirite qui évoque les esprits, écoute les conseils que ceux-ci lui donnent et se mette à dessiner et à peindre dans sa maison.

 

Composition géométrique, 1946

 

Depuis le 19e siècle l’intelligentsia française et européenne faisait tourner les tables, écoutait les « esprits » et explorait ainsi le monde de l’au-delà. Allan Kardec en avait systématisé les méthodes en 1857 dans son « Livre des esprits ». Victor Hugo lui-même, Conan Doyle et bien d’autres pratiquaient la chose. Et personne ne s’étonnait qu’un simple ouvrier mineur qui avait tout juste le certificat d’études et n’avait jamais étudié l’art, se mette à peindre de manière si saisissante.

Augustin Lesage disait : « Je sais bien que je ne puis rien peindre si je ne me mets pas sous l’influence des esprits » et à sa mort il avait réalisé huit cents peintures.
Il s’efforçait de laisser instinctivement sa main suivre les gestes que son inspiration lui indiquait !

 

Les Mystères de l’Antique Égypte, 1930

 

Laissons les cartels de l’exposition commenter ces tableaux : ils sont riches et instructifs :

Lesage représente ici des objets de la tombe de Toutankhamon, découverte en 1922 par Howard Carter dans la vallée des Rois. Il reproduit une des statues en bois plaqué d’or qui gardaient l’entrée de la chambre funéraire, un vase à onguents en forme de bouquetin, le trône du souverain et la scène, sur le dossier, le figurant en compagnie de son épouse.
Lesage reproduit aussi des objets des tombes royales d’Ur en Irak, trouvés en 1927-1928 par Leonard Woolley : un bouquetin se nourrissant des feuilles d’un arbuste, la harpe et la tête de la reine Puabi, ornée de ses bijoux. Lesage la représente ici trois fois et dans quinze autres toiles.

Fleury-Joseph Crépin (1875-1948)

 

Tableau n° 157, 14 novembre 1941

 

Plombier-zingueur, musicien, peintre et guérisseur.
Les travaux nécessaires à la reconstruction du bassin minier dans les années 1920 permettent à Crépin de développer à Montigny-en-Gohelle, de multiples activités : quincailler, plombier-zingueur, installateur de pompes, chercheur de sources mais aussi guérisseur par l’imposition des mains. Il joue également de la clarinette, pour animer les bals et compose. Un soir de décembre 1938, alors qu’il recopie de la musique, sa main cesse de lui obéir pour tracer d’étranges motifs. A partir de mars 1939, il se met à « peinturer ». Peu après des voix lui disent : « Quant tu auras peint 300 tableaux, ce jour-là, la guerre finira. »


On pourra discuter de la réalité des « voix » entendues : Quelqu’un qui parle à Dieu est pieux, dit-on mais quelqu’un qui entend Dieu lui parler est schizophrène.
D’ailleurs il n’existe pas de corrélation entre le nombre de tableaux peints par Crépin et la fin de la guerre. Il n’existe pas de destin du tout. On ne peut pénétrer la connaissance de l’au-delà : « vous ne saurez ni le jour ni l’heure » a dit Jésus-Christ.

 

Tableau merveilleux n° 11, 15 juin 1946 : Ce tableau est ci-dessus en exergue.

 

Ses voix lui disent : « Après la guerre, tu feras 45 tableaux merveilleux et le monde sera pacifié. » Il peint la nuit ou le jour, dans la solitude, évoquant seulement à ses côtés la présence d’ombres, ses guides. Il achève la 300e œuvre le 7 mai 1945, la veille de l’armistice, et, en reconnaissance, envoie à Montgomery, à Staline, à Eisenhower, à de Gaulle et à Joukov des tableaux aujourd'hui disparus. Il peint encore une certaine de peintures avant de commencer, le 3 novembre 1947, la série des « Tableaux merveilleux ». A sa mort le 10 novembre 1948, deux « Tableaux merveilleux » restent inachevés. 

Victor Simon (1903-1976)

Fils d’un ouvrier mineur, il passe son enfance entre Divion et Bruay-en-Artois. Dès l’âge de six ans, ses nuits sont peuplées de visions où se côtoient temples sacrés et épreuves initiatiques passées par les prêtres égyptiens. A douze ans et demi, il commence à travailler à la mine alors que la guerre fait rage. Prenant goût à l’étude, il peut quitter le fond et travailler dans les bureaux de la mine.
A 17 ans, il assiste à une séance de psychisme expérimental qui lui laisse une impression prodigieuse sur le monde invisible. En 1933, alors qu’il tient un café, des voix lui commandent de peindre.
Avant de commencer « Résurrection », sa première toile aujourd'hui disparue, il rend visite à Augustin Lesage qui parlera de lui comme du continuateur de son œuvre.
Dès lors la vie de Simon est dévolue à la spiritualité. Il réalise des peintures pensées comme un temple idéal, donne des conférences et écrit.
Il publie un journal, « Forces spirituelles », édité de 1947 à 1976, et trois livres : « Reviendra-t-il ? » (1953), « Du Sixième Sens à la quatrième dimension » (1955), « Du Moi inconnu au Dieu inconnu » (1957). Passionné par la science des religions, particulièrement celle de l’Égypte antique, et les phénomènes supranormaux, il développe son altruisme grâce à son don de guérisseur.

 

La Toile judéo-chrétienne, 1937

 

C’est sa deuxième grande peinture après « Résurrection » aujourd'hui disparue. Dans une période troublée, c’est une étrape spirituelle vers une religion universelle. La composition abrite ses deux maîtres spirituels : son guide vénusien et le Christ. Deux panthères noires féroces et protectrices, gardent l’entrée du temple illuminé par le soleil levant. L’œil se perd dans les motifs ornementaux évoquant les tapis persans. Cette œuvre est restée cachée pendant cinquante ans avant d’être exhumée et restaurée pour l’exposition.

 

La Toile jaune, 1970 – 21 février 1971

« La Toile jaune », dernière peinture de Victor Simon, nous donne à voir l’humanité future. En bas, le corps mental est accompagné de deux figures l’introduisant vers le plan supérieur. Au centre du cercle, le visage du Christ porte sur son front « le Moi éternel ». Les rayons de lumière symbolisant les phases de l’évolution : le corps astral, le corps mental, le corps causal, l’âme morale. Au sommet est représentée la « race bleue » : homme et femme, détachés de leur enveloppe terrestre, reçoivent les radiations spirituelles pour atteindre le plan astral, en dehors du temps et de l’espace. Le foisonnement minutieux des motifs peints par Simon demande l’attention d’un miniaturiste. Appliqué à des grands formats, ce travail extrêmement précis devait conduire Simon mais aussi Lesage et Crépin, si ce n’est à des états de conscience modifiée, au moins à des états de rêverie hypnotique.

 

Source : protestantsdanslaville.org

Bienvenue au pasteur Jean-Luc Gadreau, Responsable du Service Protestant

Le pasteur Jean Luc Gadreau est nommé depuis le 1er Juin 2020 responsable éditorial du Service Protestant sur France Culture, au sein du service communication de la Fédération protestante de France (FPF). Il succède à Benjamin Bories qui prend, de son côté, la responsabilité des productions audiovisuelles propres à la FPF et l’animation de la plateforme protestante des radios locales au sein du même service.
Ces nouvelles nominations font suite à la réorganisation des services en un seul service communication comprenant des productions audiovisuelles, écrites, radiophoniques, diffusées sur le web, les réseaux sociaux et sur France Culture.

Éléments biographiques :
Pasteur baptiste, Jean-Luc Gadreau est, depuis septembre 2016, coordinateur des départements formation, développement et communication de la Fédération Baptiste (FEEBF). Il a été aussi coordinateur du Festival de télévision européen de programmes religieux en 2017. Il conjugue son ministère avec des activités artistiques diverses (musique, écriture, graphisme, photographie…) et de communication (radio, presse, TV…). Attaché de presse du Jury oecuménique du festival de Cannes depuis 2015, il en a aussi été membre à Cannes en 2012 et à Berlin en 2013 et Fribourg en 2019. Il est depuis 2019 président de l’association Interfilm-France co-organisatrice du jury oecuménique de Cannes avec l’association catholique Signis. Jean-Luc Gadreau est également membre de la commission communication de la FPF depuis plusieurs années et a collaboré très fréquemment aux émissions du Service Protestant sur France Culture. Sa formation pastorale est doublée d’une solide formation en radio et en communication et d’une longue expérience radiophonique notamment sur RCF.

Vers une nouvelle formule du service protestant :
Il poursuivra à mi-temps son ministère comme directeur du développement à la FEEBF et travaillera sa mission à la FPF pour le service protestant à mi-temps, en lien étroit avec l’équipe du service communication et la direction de France Culture.

Un comité de suivi éditorial nommé par le conseil de la FPF a été constitué afin de l’accompagner dans une réflexion vers une nouvelle formule du Service Protestant, alliant diversité protestante, apport cultuel et culturel et qualité radiophonique pour un large public. La nouvelle formule devrait voir le jour fin 2021 après une « année test » avec de nouvelles initiatives à écouter chaque dimanche matin sur France Culture de 8h30 à 9h00 et à retrouver en podcast sur www.franceculture.fr et à la Une de www.protestants.org

Coordonnées :

Pasteur Jean-Luc GADREAU
Responsable éditorial du Service Protestant sur France Culture
Tél. 06 71 20 82 35
Mail. jeanluc.gadreau@federationprotestante.org

Contact Presse :

Aude Millet-Lopez
Responsable de la communication
Tel. 06 73 39 55 98
Mail. aude.millet-lopez@federationprotestante.org

 

Nomination Jean-Luc Gadreau service Protestant

 

Source : protestants.org

Les Rendez-Vous de la Pensée Protestante auront bien lieu : Inscrivez-vous

La seconde édition des RVPP, les Rendez-Vous de la Pensée Protestante, aura bien lieu !

Elle se tiendra les 26 et 27 juin au temple du Saint-Esprit à Paris. Des binômes de théologien.ne.s issu.e.s des six facultés de théologie protestantes françaises alimenteront les débats de leurs thèses et de leurs capacité à dialoguer avec parfois des positions diamétralement opposées aux leurs.

Nouveauté de 2020, les RVPP s'élargissent à la francophonie avec la participation de la faculté de théologie de Genève et de la Haute École de Théologie Protestante de Lausanne. Pour l’année prochaine, ce sont les facultés de théologie de Bruxelles et de Kinshasa qui ont manifesté leur intérêt pour nous rejoindre.

La thématique choisie pour cette seconde édition fait le pari d’aborder de front LE sujet qui fâche au sein du protestantisme :

« L'autorité des Écritures pour aujourd’hui : enjeux et perspectives »

Quelle pertinence et quelle autorité la Bible peut avoir dans le monde d’aujourd’hui ? Pourquoi faudrait-il encore lire ces Écritures ? Quel lien avec la Parole de Dieu ? Est-ce qu’elle dit toujours vrai ? Est-ce qu’elle se trompe parfois ? Est-ce qu’interpréter c’est trahir ?

Les RVPP sont ouverts à toutes et tous, sur inscription en ligne préalable. Il est possible d'assister à tout ou partie de l'évènement, en étant présent sur place (toutes les conditions sanitaires seront bien évidemment appliquées).

Toutes les informations sont disponibles sur le site les-rendez-vous.fr.

Pour toute interview, contacter le pasteur Samuel Amédro, président des RVPP, au 06 61 53 78 43 ou Nathalie Leenhardt, directrice de Réforme, au 06 26 45 69 54

 

Source : protestants.org

USA : Déclaration des baptistes sur les injustices et les troubles raciaux

Alors que de nouveaux noms s’ajoutent à la nuée de témoins et de victimes des injustices raciales aux États-Unis – notamment Ahmaud Arbery, Breonna Taylor et George Floyd – nous ajoutons notre voix en tant que baptistes interpelés par l’appel prophétique à laisser la justice couler comme l’eau et la droiture comme un puissant ruisseau.


La North American Baptist Fellowship rassemble, au-delà des lignes raciales et ethniques, 19 millions de baptistes dans 55.000 Églises et 22 conventions et unions au Canada et aux États-Unis. La NABF est l’une des six régions de l’Alliance baptiste mondiale, un réseau de 240 conventions et unions baptistes dans 125 pays et territoires représentant 47 millions de baptistes et 169.000 Églises.


Conduits par notre foi en Jésus, notre Seigneur, nous proclamons que :


– Nous déplorons et dénonçons le racisme explicite et implicite qui traite certains Américains comme des citoyens de seconde zone simplement à cause de la couleur de leur peau. Nous affirmons que tous les peuples sont créés à l’image de Dieu.
– Nous déplorons et dénonçons la mort de toute personne. Nous affirmons que tous méritent une approche de justice devant les tribunaux, et non un lynchage dans les rues.
– Nous déplorons et dénonçons le fait que les personnes noires non armées ont trois fois plus de chance d’être tuées par la police que les personnes blanches non armées. Nous affirmons que les vies des noirs comptent pour Dieu et devraient aussi compter pour nous.
– Nous déplorons et dénonçons une société où les noirs ont deux fois plus de chance que les blancs d’être arrêtés par la police et quatre fois plus de chance que les blancs d’être fouillés une fois arrêtés. Nous affirmons que la justice doit être équitable pour tous, sinon ce n’est pas la justice.
– Nous déplorons et dénonçons un système judiciaire où les noirs sont plus susceptibles de recevoir une peine plus sévère pour le même crime, et où un verdict de peine capitale est plus probable dans les cas où un accusé noir et une victime blanche sont en présence. Nous affirmons l’appel à une juste miséricorde offerte par notre Seigneur, qui a été lui-même exécuté par un système corrompu.
– Nous déplorons et dénonçons la militarisation de la police, qui est particulièrement déployée pour traiter les communautés minoritaires comme des ennemis. Nous affirmons l’enseignement du Prince de la paix selon lequel les artisans de la paix sont bénis.
– Nous déplorons l’utilisation de gaz lacrymogènes et de gaz poivré – tous deux interdits en temps de guerre – sur les manifestants. Nous affirmons que le droit constitutionnel de se réunir pacifiquement doit être respecté.
– Nous déplorons et dénonçons le fait que les journalistes soient pris pour cible par les autorités pour être attaqués et arrêtés. Nous confirmons les propos de notre frère baptiste Rev. John Lewis : « Sans les médias – la presse écrite et la télévision – le mouvement des droits civils aurait été comme un oiseau sans ailes, un chœur sans chant ».
– Nous déplorons et dénonçons la violence, y compris la destruction délibérée ou la dégradation des entreprises, des maisons et des lieux de culte. Nous affirmons l’appel biblique à aimer son prochain comme soi-même, et nous rendons grâce pour les fonctionnaires qui se consacrent à la protection des autres.
– Nous déplorons et dénonçons l’exploitation des textes chrétiens et des espaces sacrés pour soutenir les abus de pouvoir. Nous affirmons le témoignage de notre Seigneur, qui est né au milieu de la persécution d’un gouvernement qui a coupé le souffle aux innocents.
– Nous déplorons et dénonçons les conséquences persistantes de l’esclavage avec les lois Jim Crow, dans des règlementations d’urbanisme, avec le redlining et la discrimination par les institutions financières qui continuent à nuire aux communautés minoritaires. Nous affirmons qu’il faut corriger les torts systémiques pour adopter la vision de notre frère baptiste Martin Luther King Jr. d’une « communauté bien-aimée ».
– Nous déplorons et dénonçons les écarts raciaux en matière de richesse ainsi que d’accès à l’éducation, aux soins de santé, à l’Internet, etc., qui sont devenus encore plus évidents au cours de la pandémie de coronavirus, car les noirs américains meurent à un rythme trois fois supérieur à celui des blancs américains. Nous affirmons que notre nation doit s’attaquer aux inégalités structurelles, y compris la nécessité d’entamer des négociations sérieuses qui conduiront à traiter les maux du passé par des actes de repentance et de réparation.
– Nous déplorons et dénonçons les temps où nos propres communautés baptistes n’ont pas réussi à agir comme la lumière du monde, rejoignant au contraire les flammes de la haine – et nous demandons humblement le pardon de Dieu et de nos voisins que nous avons abandonnés.
– Nous affirmons notre engagement, en paroles et en actes, à pratiquer la justice, à aimer la miséricorde et à marcher humblement avec Dieu.


Samuel Tolbert

Président, North American Baptist Fellowship / Président, National Baptist Convention of America


Jeremy Bell

Secrétaire général, North American Baptist Fellowship


Paul Msiza
Président de l’Alliance baptiste mondiale


Elijah Brown
Secrétaire général et PDG de l’Alliance baptiste mondiale


(rédaction principale de la déclaration par Brian Kaylor, rédacteur et président de Word&Way et directeur associé de Churchnet)


Source : Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France

 

Source : protestants.org

France : Les chantres de plus de 100 communautés chrétiennes unis pour bénir le pays

Environ 200 chantres, prêtres ou pasteurs de plus de 100 paroisses, Eglises et communautés chrétiennes se sont unis «virtuellement» pour chanter «La Bénédiction France». La vidéo du chant, traduction de The Blessing de Cody Carnes, Kari Jobe et Elevation Worship, a été diffusé le dimanche 31 mai, jour de la Pentecôte et a été vue plus 76 000 fois à ce jour.
«Un grand vent d’unité a soufflé pendant le confinement», indiquent les organisateurs dans la description de la vidéo. L’initiative a réuni de nombreuses Eglises évangéliques, mais aussi des paroisses catholiques, réformées, luthériennes, anglicanes et orthodoxes.
 
Vidéo disponible ici
 
 

Alsace : Plusieurs bâtiments dont deux églises vandalisés à Munster

L’église catholique, le temple protestant, une société d’ambulances, la gare, deux banques et un complexe sportif ont été vandalisés dans la nuit du 22 au 23 mai à Munster dans le Haut-Rhin. Des tags tels que «Anarchie vaincra» ou le chiffre «666», peints à la bombe de couleur, ont été retrouvés, rapporte France 3 Grand Est. Ces dégradations ont suscité la stupeur et l’étonnement des habitants de cette petite ville paisible nichée au cœur du massif des Hautes-Vosges. La gendarmerie a lancé un appel à témoins afin de retrouver les auteurs des tags.
 

Belgique: L’interdiction de réunion dans les lieux de culte maintenue

Contrairement à ses voisins d’Europe occidentale, la Belgique maintient ses lieux de cultes fermés. Cette décision du Conseil d’État est tombée le 28 mai, relaie le quotidien Lalibre.be.Toutefois, une date pour la reprise des services religieux devrait être communiquée par l’Etat le 3 juin, selon la Conférence épiscopale de Belgique.
 
Dans l'article d’opinion de La Libre.be, Doriane de Lestrange, journaliste spécialisée dans les questions de société, se demande si le Conseil d'Etat ne craint pas la sanction de la Cour européenne des droits de l’Homme, qui consacre la liberté de culte dans son article 9.

L'analyste relève que la liberté de culte de tout un peuple est bafouée, alors qu’il est désormais possible d’aller au zoo, chez le coiffeur ainsi que de rendre visite aux personnes les plus vulnérables.
Aux yeux de Doriane de Lestrange, par leur décision de maintenir les lieux de culte fermés, «les juges affirment par là même la victoire absolue du matériel sur l’immatériel, de la société de consommation sur le spirituel, de l’économie sur le culte. Un tableau sombre que d’aucuns jugeront pourtant exact et "représentatif de notre temps", ignorant la part très importante de fidèles de toutes confessions confondues qui existe encore au sein de la population et pour qui la foi constitue toujours un élément essentiel».
 

Autorisation de reprise des cultes

Par le décret du 22 mai, le gouvernement autorise les établissements de culte à accueillir du public.


Vigilant dès le début du confinement au respect de la liberté de culte, le CNEF accueille avec satisfaction cet allègement des restrictions. Il appelle néanmoins tous les responsables de communautés à la prudence et à veiller au strict respect des consignes de ce décret :


➡ Respect des gestes barrière
➡ Distanciation physique : 1 mètre minimum entre chaque personne, ce qui détermine le seuil maximal de fréquentation
➡ Désinfection des mains à l’entrée obligatoire
➡ Port du masque de protection obligatoire dès 11 ans
➡ Régulation des flux de personnes : pour chaque lieu de culte, une personne identifiée sera ainsi désignée par l’organisation pour réguler le flux, veiller au nombre de personnes présentes à l’intérieur des bâtiments et éviter les attroupements aux abords de ceux-ci


Le respect des consignes se fait sous la responsabilité du gestionnaire du lieu de culte. Les préfets de département pourront interdire l’accueil du public d’un lieu de culte, après mise en demeure, si ces règles ne sont pas respectées
Par ailleurs, à ce dispositif nécessaire pour la sécurité sanitaire des fidèles, vient s’ajouter l’application de recommandations pratiques propres à chaque culte. Pour le culte protestant évangélique, celles-ci sont contenues dans le Guide pratique de reprise de l’activité des associations protestantes évangéliques édité dés le 20 mai et actualisé par le CNEF

 

Source : lecnef.org

Des associations protestantes contre les violences conjugales

La fédération nationale des Associations familiales protestantes, en partenariat avec Empreinte formations, alertent et s'impliquent pour dire non aux violences intra-familiales.
Avec le confinement les violences conjugales ont augmenté de plus de 30%.
Ces associations rappellent que ces violences peuvent aussi toucher les membres de nos familles, nos églises ou nos paroisses.

 

Si vous êtes victime :
- Par téléphone : 3919
- Par SMS : 114
- Sur internet : arretonslesviolences.gouv.fr
- Allez à la pharmacie la plus proche pour vous signaler
- Contactez la police au 17

Si vous êtes mineur :
- Appelez le 119.


Si vous pensez être violent(e) ou pouvoir le devenir, des professionnels sont prêts à vous aider à gérer votre colère et vous empêcher de passer à l'acte au 0801901911.


Se taire, c'est être complice d'un drame qui ravage enfants et adultes.

 

Source : protestants.org

Covid-19 // Reprise des cultes

Décision du Conseil d’État du 18 mai 2020


Le juge des référés du Conseil d’État a ordonné aujourd’hui au Gouvernement de lever l’interdiction générale et absolue de réunion dans les lieux de culte (source).
Le Conseil d’État a jugé que l’interdiction de rassemblement dans les lieux de cultes n’était plus une mesure proportionnée au stade de crise sanitaire actuelle. En effet, de nombreux lieux publics ont réouvert depuis le 11 mai, avec des rassemblements possibles de 10 personnes.
Il enjoint au Premier ministre de modifier, dans un délai de huit jours, le décret du 11 mai 2020 pour encadrer les rassemblements et réunions dans les établissements de culte.
Un nouveau décret, publié au plus tard le 26 mai, autorisera les rassemblements dans les lieux de cultes et en précisera les conditions.


Liberté de culte


Le CNEF salue l’affirmation de la liberté de culte comme une liberté fondamentale qui comporte le droit de participer collectivement à des cérémonies, en particulier dans les lieux de culte.
Depuis le début de la crise, le CNEF s’est montré attentif à l’objectif prioritaire de santé publique et a recherché l’équilibre entre la liberté de culte et la nécessité de contribuer à la protection de tous. Dans son communiqué du 21 avril, il jugeait les restrictions de la liberté religieuse conformes à la loi, puisque justifiées, nécessaires et proportionnées à ce moment-là, mais se disait très vigilant sur le recouvrement de cette liberté.


Reprise prudente des rassemblements


Dans ses contacts avec le gouvernement et son réseau dans les départements, le CNEF s'efforce de préparer au mieux la reprise des rassemblements et diffusera d’ici la fin de la semaine un Guide de reprise des activités pour les associations protestantes évangéliques qui sera actualisé en ligne.
Quelle que soit la date de reprise des rassemblements, le CNEF encourage ses membres à respecter les consignes et recommandations appropriées.

 

Source : lecnef.org

L'Ascension est une distanciation théologique

Le récit de l’ascension de Jésus qui est fait dans le premier chapitre du livre des Actes des apôtres signifie la distance physique qu’il y a désormais entre Jésus et ses disciples et, par extension, entre Jésus et nous tous. Jésus n’est plus là parmi les êtres humains. En protestantisme, cette séparation de Jésus avec l’univers des vivants a une conséquence sur le sens de la cène, le dernier repas que Jésus a pris avec ses disciples. Lors des célébrations de la cène, Jésus, qui ne partage plus notre condition humaine, n’est donc pas physiquement présent. C’est pourquoi, en parlant de la communion lors du partage du pain et du vin, nous parlons de présence spirituelle. Nous pouvons dire de même pour la communion qui se réalise entre les personnes présentes, au même titre qu’avec les personnes qui ne sont pas physiquement présentes, mais qui s’associent à ce qui est vécu. Ce ne sont pas le pain et le vin consommés qui font la communion avec le Christ ou entre les personnes, mais la foi, cette adhésion inconditionnelle à la vie telle que le Christ Jésus l’a révélée.

Nous éprouvons à quel point l’absence physique du prochain suscite le désir de sa présence. Ainsi l’Ascension est-elle en mesure de susciter un désir chez les disciples, que le trop-plein de la présence physique empêchait. L’absence physique, la distance avec l’être aimé, l’ami, le maître, ne sont pas à prendre comme des malheurs, mais à vivre comme autant d’occasions de recouvrer un espace de liberté personnelle et donc de responsabilité. La Toute-présence du Christ ou celle d’un parent, d’un maître spirituel, d’un chef d’État est une malédiction. Au contraire, la distanciation théologique, l’Ascension, libère des liens trop fusionnels qui nous privent de mettre en œuvre tous nos talents. L’Ascension est la fête de notre liberté.

 

Source : evangile-et-liberte.net

Covid-19 // Déconfinement et associations évangéliques

Le déconfinement se préparant, les associations protestantes évangéliques doivent anticiper l’organisation de leurs activités en fonction des instructions gouvernementales dedéconfinement.L’accueil du public et la sécurité des personnels (salariés, ministres du culte et bénévoles) concernent les Églises et les œuvres. Le niveau de sécurité attendue est celui du protocole national de déconfinement que chaque dirigeant associatif doit mettre en oeuvre.

 

1 // Accueil du public


A l’heure actuelle, il reste encore beaucoup d’inconnu sur le plan de l’accueil du public. Nous attendons les indications gouvernementales, en particulier pour les lieux de culte.

Lieux de culte : d’une manière générale, les rassemblements sont interdits dans les lieux de cultes jusqu’au 2 juin (lire notre communiqué).

Le CNEF est en contact avec le gouvernement concernant les conditions concrètes de la reprise des rassemblements cultuels et vous informera rapidement.

Œuvres : s'agissant de l'accueil de public, les normes peuvent varier selon votre secteur d'activités (assistance et bienfaisance, accueil de jeunesse, librairie, boutique solidaire...). Renseignez vous selon votre secteur d'activités, notamment ici.

 

2 // Sécurité des personnels


Sur le plan de la sécurité du personnel, le protocole national de déconfinement publié par le Ministère du travail le 5 mai 2020 est applicable et sert de référence. De nombreuses mesures concernent déjà les Établissements recevant du public (normes de nettoyage et de désinfection, gestion des flux), ce qui permet d’anticiper les choses et de mesurer les exigences attendues pour la reprise des rassemblements.

Chaque association, ainsi que ses dirigeants, sera responsable d'assurer la sécurité sanitaire du personnel, entendu au sens large (personnes qui interviennent pour l'association, qu’il s’agisse des ministres du culte, des salariés ou des bénévoles).

Les ministres du culte ne sont pas des salariés au sens du droit du travail, mais l'obligation de sécurité qui pèse sur l'association cultuelle envers les ministres du culte qui exercent en sa faveur est assimilable à celle des employeurs.

Pour les œuvres, ce protocole se décline aussi dans des fiches métiers, que vous pouvez consulter en fonction des activités de votre association.

 

3 // Particularités locales


Nous rappelons que le déconfinement s'opérera en fonction de la situation sanitaire départementale. Des mesures plus strictes que celles du gouvernement pourront être prises par les préfets.

Les délégués départementaux du CNEF sont les relais privilégiés avec les préfectures et les responsables des Églises et oeuvres protestantes évangéliques. Ils font connaître à leur réseau les mesures prises par les préfets au regard de la situation sanitaire départementale. Ils font remonter auprès des préfets les éventuelles difficultés rencontrées par les responsables d’Églises et d’oeuvres.

Pour les départements non pourvus de délégué départemental, le CNEF se charge d’être le relais avec les préfectures et les responsables des Églises et oeuvres.

 

Conclusion


Dans tous les cas, les dirigeants associatifs devront engager tous les moyens à leur disposition pour assurer la sécurité des personnels et être en mesure d’apporter la preuve de leur diligence en la matière. Leur responsabilité pénale et civile pourrait être engagée.

Nous vous remercions de faire suivre ce courrier aux responsables associatifs de votre réseau, et restons à votre disposition pour vous fournir toute information complémentaire à ce sujet.

 

Source : lecnef.org

Méditation de déconfinement

A la veille du déconfinement, le pasteur François Clavairoly, Président de la Fédération Protestante de France, nous rappelle que nous sommes appelés à sortir de la nuit pour être conduit vers la lumière.

Vidéo disponible ici

 

Source : protestants.org

Appel interreligieux à la prière dans le monde entier ce jeudi 14 mai

Cette initiative est lancée par le Haut comité à la fraternité mondiale, et relayée pour les chrétiens par le Conseil œcuménique des Eglises et le Pape.


Version française de l'appel du COE publiée le 07 mai 2020


Le Conseil œcuménique des Églises (COE), dont le secrétaire général par intérim est le père Ioan Sauca, invite toutes ses Églises membres à observer une journée mondiale de prière le 14 mai. L’initiative conjointe avec les membres du Haut comité pour la fraternité humaine, dont le COE fait partie, appelle à «prier et implorer» Dieu pour mettre fin à la pandémie de COVID-19.

«Nombreux sont ceux qui vivent la peur et l’incertitude, ainsi que les traumatismes, la séparation, l’isolement et même la mort dans leur famille ou dans leur communauté religieuse», a déclaré le père Ioan.

«Alors que nous continuons à naviguer dans cette crise sanitaire mondiale, l’unité mondiale par la prière reflète notre volonté de prendre soin les uns des autres», a poursuivi le père Ioan. «Les Églises membres du COE peuvent, à partir de leurs propres lieux et traditions, se soutenir mutuellement, se tourner vers les autres pour répondre aux besoins de tous leurs voisins et renforcer notre famille humaine une.»

En appelant à une prière mondiale, le comité a déclaré dans l’invitation: «Chacun, d’où qu’il soit et selon les enseignements de sa religion ou de sa foi, devrait implorer Dieu de libérer le monde entier de cette pandémie, pour nous sauver tous de cette adversité.»

L’appel du comité souligne également l’importance de demander à Dieu «d’inspirer les scientifiques afin qu’ils trouvent un remède qui puisse faire reculer cette maladie, et sauvent le monde entier des répercussions sanitaires, économiques et humaines de cette grave pandémie».

Le comité propose une journée «dédiée au jeûne, aux œuvres de miséricorde, aux prières et aux supplications pour le bien de toute l’humanité».

Le Haut comité pour la fraternité humaine a été créé l’année dernière en réponse concrète au Document sur la fraternité humaine signé à Abu Dhabi en février 2019.

 

Source : protestants.org

France : Les membres de l’Eglise de la Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse continuent de recevoir des menaces

Les membres de l’Eglise évangélique de la Porte Ouverte Chrétienne de Mulhouse continuent de recevoir des lettres de menaces les accusant d'être à l'origine de l'épidémie en Alsace, rapporte France Inter dans un article publié sur son site le 10 mai.

La radio du service public publie le témoignage d’un couple, Nathalie et Sténio Chong Kee, qui a reçu une lettre de menaces : «Je passe devant ta maison tous les jours, mon père est malade avec corona, après votre réunion de merde religieuse à Mulhouse, prenez-le au sérieux, idiots, sinon la maison brûlera» indique le courrier non signé.

Pour le couple qui a perdu des «amis très proches» à cause de la pandémie, c’est une souffrance supplémentaire. Au total 31 membres, de l’Eglise de la Porte Ouverte Chrétienne sont morts à cause du coronavirus.

Nathalie et Sténio Chong Kee font part de leur incompréhension face à ce déferlement de haine contre les membres de leur Eglise et aux accusations de négligence. Samuel Peterschmitt, pasteur principal de l’Eglise a aussi reçu des menaces de mort : «On nous a menacé de nous tuer à la kalachnikov». Il souhaite malgré tout rouvrir son Eglise dès que les autorités et la situation sanitaire le permettront. «Quand les cultes rouvriront, nous y retournerons, car nous ne voulons pas agir comme si nous étions des coupables», assure-t-il, toujours selon France Inter.

 

Source : evangeliques.info

France : Les offices religieux pourraient reprendre pour le week-end de Pentecôte

Le premier ministre Edouard Philippe a présenté son plan de déconfinement au Sénat ce lundi 4 mai. Lors de son discours il a évoqué une reprise des célébrations religieuses anticipée dès le 29 mai «si la situation sanitaire ne se dégrade pas».
La période du 29 mai au 1er juin est un «moment important pour plusieurs cultes», indique Edouard Philippe fait allusion, sans les nommer aux fêtes chrétienne de Pentecôte le 31 mai et juive de Chavouot du 28 mai au soir au 30 mai.
 
«J’entends le désarroi des croyants privés de rassemblements et de célébrations qui ne sont pas seulement l’expression de leur appartenance religieuse mais une des sources vivantes de leur foi», a déclaré premier ministre. «Ils ont dû renoncer à beaucoup de ces rites qui marquent les grands moments de la vie et je pense aux moments de fêtes autant qu’aux moments de deuils. Je comprends l'impatience des ministres des cultes de toutes confessions. Je leur demande instamment d’attendre en conscience pour que nous n’ayions pas à regretter une décision précipitée.»
 
 
Justifiant la décision de son gouvernement de différer la reprise des rassemblements religieux de la date du déconfinement du 11 mai, Edouard Philippe a souligné que «les cérémonies et offices dans les églises, dans les temples ou dans les mosquées et à plus forte raison des mariages, baptêmes, bar mitzvah, réunissent des proches et des moins proches dans des lieux souvent confinés avec une forme de brassage qui est profondément réjouissante en temps normal mais infiniment périlleuse en temps de crise sanitaire».
 
Le premier ministre a déclaré avoir reçu de la part de différents cultes plusieurs propositions «pour concilier le déroulement de leurs réunions avec les exigences de distanciation physique» et assure que son gouvernement se dit prêt à anticiper la reprise des offices religieux dès le 29 mai.
 

France : Le CNEF appelle à la vigilance et à la responsabilité morale pour le déconfinement des Eglises évangéliques

En France, si les rassemblements et cérémonies religieuses sont toujours interdits au moins jusqu’au 2 juin, au-delà du 11 mai, date annoncée du déconfinement, les rassemblements publics ou privés seront autorisés jusqu’à dix personnes. Pour autant cela ne signifie pas nécessairement la reprise des «groupes de maisons», indique le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) qui appelle ses membres à la «vigilance», dans un article publié sur son site le 30 avril.
 
«Le respect des gestes barrières est particulièrement complexe dans de telles circonstances. A la différence d'un rassemblement familial ou amical sous la seule responsabilité des personnes privées, un rassemblement organisé dans le cadre des activités de l'association cultuelle pourrait entraîner la responsabilité civile ou pénale des dirigeants de l’association en cas de contamination au Covid-19», précise le CNEF.
 
 
Selon l'organisation faîtière des évangéliques de France, «les dirigeants associatifs devront être en mesure d’apporter la preuve de leur diligence quant à l’obligation de sécurité des personnes»: mesures barrières, protection des personnes vulnérables et diffusion d'instructions à cet effet.
 
Le CNEF appelle les dirigeants associatifs évangéliques à la «responsabilité morale», tout en invitant les communautés protestantes évangéliques, via leurs associations sociales «à soutenir les personnes et les familles affectées économiquement par la crise actuelle».
 
Enfin, le CNEF souligne le rôle joué par ses délégués départementaux, «relais privilégiés entre les préfectures et les Églises protestantes évangéliques d'un département».
 

De chez moi... témoignage - Des VOD plus tôt que prévu

Huitième pastille vidéo avec quelques suggestions de programmes à voir sur vos écrans, chez vous... Au programme, une avant-première en ligne et des VOD... plus tôt que prévu ! Vidéo à retrouver ici

- Le retour de Richard 3 par le train de 9h24
- La dernière vie de Simon
- La voie de la justice
- La vérité
- Le cas Richard Jewell
- Joker
- Le Mans 66


De chez lui, pendant la période de confinement, notre critique ciné Jean-Luc Gadreau nous propose de voir ou revoir des films, documentaires et séries.

Source : regardsprotestants.com

Culture: le rappeur DMX propose une étude biblique sur Instagram

Dans une vidéo live postée sur Instagram le 24 avril et visionnée par 14000 personnes, le rappeur DMX a proposé une étude biblique et encouragé des milliers de personnes à mettre leur vie en ordre et à suivre Jésus.
 
Lui-même éprouvé par la perte de proches en raison du Covid-19, Earl Simmons, plus largement connu sous son nom de scène DMX, a invité les auditeurs à garder confiance en Dieu. Selon The Christian Post, le rappeur n’a jamais hésité à partager sa foi dans un style un peu décalé. Si on lui reproche la vulgarité de certains de ses textes, DMX n’en demeure pas moins convaincu d’être un témoin de l’action de Dieu.
 
«Comment pouvez-vous savoir ce qu’Il veut faire avant d’être placé dans une situation où vous avez besoin qu’Il intervienne pour vous? Si vous ne vous êtes pas trouvés dans le cas où vous avez besoin que Dieu vous tire d’une situation, vous ne savez pas ce qu’Il veut faire pour vous,» a-t-il déclaré.
 
«Toutes choses sont possibles à travers Christ qui fortifie,» a ajouté le rappeur qui confesse que son passé marqué par des overdoses et des arrestations l’a rapproché de Dieu. Les études bibliques de la hip-hop star sont plébiscitées par des fans qui en demandent davantage.
 

France : Pas de cérémonies religieuses avant le 2 juin, indique Edouard Philippe

Dans son discours sur le déconfinement à l’Assemblée nationale, le 28 avril, le premier ministre Edouard Philippe a évoqué la situation des cérémonies religieuses suspendues à cause de la pandémie. «Je sais l’impatience des communautés religieuses», a-t-il indiqué. Mais si «les lieux de culte pourront continuer à rester ouverts (...) il est légitime de demander de ne pas organiser de cérémonie avant la date du 2 juin», a déclaré le premier ministre.
Seules cérémonies religieuses autorisées, les enterrements, resteront limités à 20 personnes jusqu’à nouvel ordre. Les cimetières seront à nouveau ouverts au public dès le 11 mai. Pour l’ensemble des mesures de déconfinement annoncées, Edouard Philippe a évoqué «un régime de liberté dans lequel nous devons fixer des exceptions».
 

Mariages, reprises des cultes, solidarité... les points abordés par le CNEF lors de la réunion avec Emmanuel Macron

Le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) a pu participer pour la première fois à la consultation du président de la République Emmanuel Macron avec les autres responsables des cultes, lors d’une rencontre virtuelle, le 21 avril, en présence du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner. Par la voix de son directeur général Clément Diedrichs, le CNEF a abordé certains points sensibles pour les évangéliques : mariages, actions sociales, jeunesse, attention particulière envers les personnes âgées etc.
Clément Diedrichs a notamment pu s’exprimer sur la «discrimination dont a été victime l’Église la Porte ouverte chrétienne de Mulhouse et plus largement tous les protestants évangélique», indique le CNEF sur son blog d’information.
. Ce à quoi Christophe Castaner a «rappelé» que le Président Emmanuel Macron avait tenu dès de la première rencontre avec les cultes le 23 mars, «un discours ferme pour empêcher la stigmatisation».
Le CNEF a par ailleurs «évoqué le souhait de plusieurs couples de pouvoir se marier civilement, et ce, en petit comité, puis de reporter les grands rassemblements religieux et festifs à une période où ce sera possible». L’épineuse question de la reprise des rassemblements dans les lieux de cultes a également été abordée. Si Emmanuel Macron a précisé que les lieux de cultes resteront fermés le 11 mai, jour annoncé du début de du déconfinement, la question sera réabordée trois semaines plus tard, en fonction de la maîtrise de la pandémie. Si certains rassemblement pourraient reprendre dès mi-juin, en fonction de la taille et des mesures barrières mises en place, aucun grand événement, ne devrait être envisagé durant tout l’été.
Au nom du CNEF, Clément Diedrichs a demandé à ce que les pasteurs puissent aller et venir sans aucune restriction, «pour répondre aux besoins individuels des membres de nos communautés et de toutes autres personnes». Répondant à l’interrogation du CNEF sur les camps d’été et les colonies de vacances, le ministre Christophe Castaner a précisé que «les vacances de l’été ne seront pas comme celles d’avant» et qu’un cadre sera précisé d’ici deux semaines.
 

Crise sanitaire et amitié franco-allemande

Une déclaration commune signée par les Églises protestantes du Pays de Bade et du Palatinat et de l’UEPAL
Strasbourg / Karlsruhe / Speyer, 22 avril 2020


Nous vivons une période de crise sanitaire inédite. Elle réduit considérablement notre liberté de circulation. Elle exige que nous pratiquions une distanciation sociale et que nous nous abstenions de notre vie sociale habituelle. Un sentiment de peur vis-à-vis de l’autre, qui potentiellement représente une menace de contagion s’est largement répandue.


Dans le contexte de cette crise pandémique et des peurs qu’elle suscite, les frontières entre l’Alsace, le pays de Bade et le Palatinat sont devenues un lieu d’une grande sensibilité :


Nous comprenons que les politiques sanitaires s’appliquent à des entités territoriales. Leur cohérence et leur efficacité sont donc liées aux frontières. La fermeture de celles-ci apparaît dès lors comme une mesure nécessaire pour contenir le risque de contagion. Par ailleurs, la circulation de certains frontaliers montre que le risque d’infection n’augmente pas si les gens respectent les réglementations locales et si celles-ci sont bien coordonnées entre les pays.
En même temps, la frontière montre à quel point l’ancienne vie est affectée : depuis la fermeture des frontières, des couples ou des amis ne peuvent plus se rencontrer, certains frontaliers ne peuvent plus aller travailler ou voir leur médecin de l’autre côté de la frontière. La vie normale semble paralysée, le commerce et les affaires sont affectés. Les échanges culturels et associatifs ainsi que les collaborations entre Églises ont dû être considérablement restreints.
En situation de crise et de sentiment de peur qu’elle peut susciter, les gens cherchent des explications simples, des coupables. Dans notre région, d’aucuns se rattachent aux vieilles attitudes et à des clichés nationalistes que nous avions espéré surmonter sur le long chemin de la réconciliation franco-allemande.
 
Nous Églises protestantes d’Alsace Lorraine, du pays de Bade et du Palatinat :


Nous reconnaissons et respectons les mesures prises par les responsables politiques de leur territoire respectif, y compris les restrictions au passage des frontières. Nous sommes reconnaissants que des patients d’Alsace aient été admis et traités dans le Bade-Wurtemberg et dans d’autres Länder allemands ainsi qu’en Suisse. Nous encourageons une utilisation encore plus grande des structures transfrontalières existantes pour mieux coopérer dans la lutte contre les infections et la définition de mesures sanitaires.
Nous affirmons que les frontières ont vocation à être des lieux de passage et de coopération, permettant la fraternité et la solidarité, et non des lieux où la différence devient indifférence, insulte, mépris, haine. L’autre, au-delà de la frontière, n’est pas d’abord celui qui est porteur d’une potentielle menace virale, mais avant tout celui avec qui l’humanité vaincra cette pandémie, contribuera à créer un monde plus humain, plus hospitalier, où les principes démocratiques permettront à chacun de vivre dans la liberté et la paix.


Parce que la foi, l’espérance et l’amour ne connaissent pas de frontières, et parce qu’en tant qu’Église nous sommes habités par une espérance sans frontières, nous encourageons tous les citoyens français et allemands, à vivre avec sagesse et humilité la situation présente. Elle est exceptionnelle, et limitée dans le temps. La fermeture des frontières, le regard porté sur l’autre vivant de l’autre côté de la frontière et la façon de le considérer touchent les profondeurs de notre existence et de notre humanité en tant qu’images du Christ. En tant que son Église, nous sommes appelés à poursuivre sur le chemin de réconciliation qu’il a amorcé. L’amitié franco-allemande, pour laquelle nous sommes profondément reconnaissants, en est un exemple.


« Si quelqu’un est dans le Christ, c’est une création nouvelle. Ce qui est ancien est passé : il y a là du nouveau. Et tout vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation. … au nom du Christ, nous supplions : Laissez-vous réconcilier avec Dieu ! » 2 Corinthiens 5,17-20


Christian Albecker
Président de l’UEPAL
Prof. Dr. Jochen Cornelius-Bundschuh
Landesbischof der Evangelischen Kirche in Baden
Dr. h. c. Christian Schad
Kirchenpräsident Evangelische Kirche der Pfalz

 

Source : uepal.fr

Culture: Saje Distribution propose une plateforme de location de films chrétiens

Le Film Chrétien: Ainsi s’intitule la plateforme de locations de films proposée par Saje Distribution. Première plateforme VOD d’inspiration chrétienne, elle propose quatre-vingt titres en vidéo pour petits et grands: des histoires vraies, des fictions, des comédies, des films historiques, des films bibliques, des séries d’animation et des documentaires.
En cette période de crise sanitaire, pour permettre à chacun de visionner des films chrétiens à un coût modeste, Saje Distribution a mis en place un abonnement mensuel de 9,99 euros sans engagement : Cette formule donne accès à une sélection de 8 films. Chaque semaine, une nouveauté est ajoutée, et un film est retiré, pour un renouvellement régulier du catalogue, détaille Saje Distribution.

 

Source : évangéliques.info

Message de Pâques du Conseil d'Eglises chrétiennes en France

Matthieu 28,5-7


« Soyez sans crainte, vous. Je sais que vous cherchez Jésus, le crucifié. Il n’est pas ici, car Il est ressuscité comme Il l’avait dit ; venez voir l’endroit où Il gisait. Puis, vite allez dire à ses disciples : « Il est ressuscité des morts et voici qu’Il vous précède en Galilée ; c’est là que vous le verrez. »


En ce jour de Pâques, alors que les chrétiens célèbrent la Résurrection du Christ Jésus, le Conseil d’Églises Chrétiennes en France, en lien avec les hommes et les femmes de toutes les Églises, œuvres et mouvements chrétiens dans leur grande diversité, exprime son soutien à chacune et à chacun dans la prière et l’espérance.
Le monde est entré depuis plusieurs mois dans la lutte contre le coronavirus. Nos pensées et nos prières vont vers les malades et tous ceux qui ont perdu un parent ou un proche. Cette pandémie révèle le courage et le dévouement des médecins, des infirmières, des infirmiers, de tout le personnel des hôpitaux, des EHPAD, des cabinets médicaux, des chercheurs. Nous saluons aussi celles et ceux qui, par leur présence au travail et leurs gestes de solidarité, répondent aux besoins de tous, rendent de multiples services, font vivre l’économie de notre pays, permettent notre approvisionnement et assurent la cohésion de notre société.


Nous n’oublions pas ceux qui vivent dans la rue, ainsi que les migrants dans notre pays et aux portes de l’Europe.
Nous prions instamment aussi pour les autorités de notre pays et les dirigeants de toutes les nations, pour que sagesse et discernement guident leurs décisions et pour que les forces soient données à tous de mener leur mission.


Après les jours de la Passion, cheminons avec le Christ ressuscité ! Cette année, nous ne pourrons pas nous rassembler pour célébrer Pâques. Cependant notre regard n’est pas « confiné » sur cette crise sanitaire ni sur nous-mêmes. Au cœur de cette épreuve, nous proclamons ensemble notre espérance.
Jésus-Christ nous précède et vient à notre rencontre, Il nous accompagne et suscite en nous la paix et la persévérance. Il renforce en nous et entre nous la fraternité, Il ouvre en nous la joie du partage et de l’attention aux autres.


Nous encourageons chaque membre de nos Églises à continuer à inventer ensemble dans cette période de distanciation, des signes visibles de fraternité, une éthique de solidarité, de charité et d’unité : lecture commune de la Bible, temps de prière partagés, chaînes téléphoniques pour prendre soin les uns des autres, etc.
Nous exhortons chacune et chacun à mettre tout en œuvre pour être disponibles auprès de celles et ceux qui en ont le plus besoin, en mutualisant les ressources et les moyens disponibles dans cette situation de confinement.


Nous rendons grâces au Seigneur, en communion les uns avec les autres, pour sa présence agissante dans nos vies, au cœur même des épreuves.
Le Christ met sa lumière dans nos ténèbres : Christ est ressuscité, Il est vraiment ressuscité !


Pasteur François Clavairoly, Métropolite Emmanuel, Mgr Eric de Moulins-Beaufort
Co présidents du CÉCE


Lire aussi le message œcuménique de Pâques signé par Christian Albecker, président de l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine et par Monseigneur Luc Ravel, archevêque de Strasbourg et le message du Vendredi saint de Christian Albecker, président de l’UEPAL (cliquez-ici)

 

Source : protestants.org

Hommage au pasteur Jacques Maury, mort le 12 avril 2020 à 99 ans

Le Pasteur Jacques Maury, ancien président de la Fédération protestante de France s’est éteint à l’âge de 99 ans.


Président du Conseil national de l’Eglise réformée de France (E.R.F.) de 1968 à 1977, durant trois mandats, il présidera ensuite la Fédération protestante de France pendant dix ans de 1977 à 1987.
Il est également président de la Cimade de 1989 à 1995.


Réformé, homme de foi, il exprimait une triple exigence pour le protestantisme français :
- qu’il affirme l’importance du témoignage évangélique,
- qu’il reste animé d’une vraie conviction œcuménique
- que la lecture de l’Evangile qui est la sienne s’inscrive dans des situations historiques, même difficiles.


Regardant ce brillant parcours qui l’amena à diriger le protestantisme français, Jacques Maury disait néanmoins de lui avec modestie : « J’ai fait toute ma théologie pour être pasteur de paroisse et je n’étais pas destiné à être un homme
d’appareil. » Le protestantisme perd en lui un homme de conviction et de courage.

« Je suis très reconnaissant comme beaucoup, envers cet homme que j’ai côtoyé tout au long de mon ministère pastoral » rappelle Francois Clavairoly tout en se souvenant ému qu’il était encore présent à la cérémonie des vœux de la Fédération en janvier 2020, signifiant encore dans sa centième année son réel attachement à l’institution.
La Fédération protestante tient à rendre hommage à ce grand pasteur et adresse à son épouse, ses filles et ses proches ses prières et l’expression de son grand respect et de sa gratitude pour le service rendu au protestantisme Français.


Aude Millet-Lopez
Responsable de la communication


Notice biographique
Le pasteur Jacques Maury est né le 10 novembre 1920 à Clamart (Hauts-de-Seine), fils de Pierre Maury et d’Elisabeth Meyer. Il est le petit-fils de Léon Maury, doyen de la faculté de théologie protestante de Montauban. Son père Pierre fut successivement secrétaire général de la Fédé de 1919 à 1924, pasteur à Ferney-Voltaire de 1925 à 1930, secrétaire général de la Fédération universitaire à Genève de 1930 à 1924, pasteur à la paroisse de Passy-Annonciation à Paris aux côtés de Marc Boegner de 1934 à 1956. Celui-ci sera également professeur à la Faculté de théologie protestante de paris, de 1943 à 1950 et président de l’Eglise réformée de France de 1950 à 1953 1.
Il épouse Roseline (Juliette) Stoecklin en 1946. Le couple aura six enfants, six filles.
Président du Conseil national de l’Eglise réformée de France (E.R.F.) de1968 à 1977, il y effectue trois mandats, après quoi il présidera la Fédération protestante de France pendant dix ans de 1977 à 1987.
Il est scolarisé à l’école primaire à Ferney-Voltaire, puis va au collège Jean Calvin pendant trois ans à Genève.
Il est bachelier en 1937 à Paris, où son père a été nommé en 1934 (paroisse de Poissy) et entreprend des études de philosophie en Sorbonne en 1938, études contrariées par la guerre. Il se rend à Bordeaux où il continue sa licence de philosophie à la faculté des lettres. Il s’inscrit en faculté de théologie à la faculté de théologie protestante de Montpellier où il bénéficie d’une équivalence lui permettant d’entre directement en seconde année.
Il est à Montpellier en 1940 et 1941 et se lie d’amitié avec André Dumas durant ces années universitaires. Il rejoint Genève, où il séjournera quatre mois et fait la connaissance de Robert Martin-Achard et Max Thurian. Au début 1942, il est mobilisé dans les chantiers de Vichy qu’il déserte en 1943. Il restera clandestin jusqu’à la libération de Paris. Pourvu de faux-papiers, il devient suffragant à Montrouge de 1943 à 1944, dans la paroisse du pasteur Albert Finet. A la Libération, il reprend ses études de théologie à la Faculté de théologie de Paris. Il y côtoie Alphonse Maillot, Louis Lévrier, André Lelièvre, Michel Rousseau et Louis Simon, notamment.
Le 10 novembre 1944, il s’engage dans l’Armée du général Leclerc, dont il deviendra aumônier auxiliaire, à la demande de Marc Boegner. C’est en 1946 qu’il achèvera ses études de théologie.
Jacques Maury a été marqué durant toute sa jeunesse par l’Eglise confessante et Karl Barth. Opposée au nazisme, elle fut à l’origine de la déclaration de Barmen en 1934.
Jacques Maury est nommé pasteur pour son premier poste en paroisse à Lezay, dans le département des Deux-Sèvres, où il restera plus d’une dizaine d’années. Après quoi, il est nommé à Paris comme secrétaire général de la Fédération française des associations chrétiennes d’étudiants (FFACE) de 1957 à 1962, sur proposition de Jean Bosc. Il effectue un premier séjour en Amérique latine de novembre 1956 à mars 1957. Il devient, en sa qualité de secrétaire général, membre du Conseil de la Fédération protestante de France. Jacques Maury préside en 1960, lors de l’assemblée générale de la FPF à Montbéliard, le groupe de travail sur l’unité protestante.
Le 5 octobre 1962, un accident prive Jacques Maury d’une jambe. Sa situation est critique. Nommé pasteur à Poitiers, où il exercera de 1962 à 1968, il commence le culte de Noël porté en chaire par ses paroissiens.
Il entre en 1967 au Conseil national de l’Eglise réformée de France. Il est élu président de l’Eglise réformée de France en 1968 et devient, es-qualité vice-président de la FPF. Il est fait chevalier de la légion d’honneur (1968) puis officier (1995). Succédant à Jean Courvoisier, il est élu président de la FPF, fonction qu’il exercera de 1977 à 1987. Comme le soulignera le sociologue Jean Baubérot, le mandat de Jacques Maury s’est inscrit « dans une décennie commémorative », marquée notamment en 1985, par le tricentenaire de la Révocation de l’Edit de Nantes. C’est sous la présidence du pasteur Jacques Maury que se dessine une nouvelle tendance du protestantisme français 2. Il poursuit l’œuvre de son prédécesseur par l’élargissement à la famille évangélique du nombre des Eglises membres de la FPF.
De 1981 à 1990, il co-préside un groupe mixte de travail entre le Conseil œcuménique des Eglises et le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens. Il devient président de la Cimade de 1989 à 1995, soucieux de l’accueil des réfugiés et de la place des migrants dans la société française.
Depuis Clichy où il s’était retiré avec son épouse, Jacques Maury porta toujours un regard attentif aux évolutions du protestantisme contemporain. Réformé, homme de foi, il exprimait une triple exigence pour le protestantisme français : qu’il affirme l’importance du témoignage évangélique, qu’il reste animé d’une vraie conviction œcuménique et que la lecture de l’Evangile qui est la sienne s’inscrive dans des situations historiques, même difficiles.
Regardant ce brillant parcours qui l’amena à diriger le protestantisme français, Jacques Maury dit néanmoins de lui avec modestie : « J’ai fait toute ma théologie pour être pasteur de paroisse et je n’étais pas destiné à être un homme d’appareil 3. » Le protestantisme perd en lui un homme de conviction et de courage.


Bibliographie :

Bulletin d’information protestante, n°1036 du 17 décembre 1986.
Unité des chrétiens, n° 136, octobre 2004, Entretien avec Jacques Maury.
Frédéric Rognon : Génération Ellul, soixante héritiers de la pensée de Jacques Ellul, Labor et Fides, Genève, décembre 2017.
Entretien de Jacques Maury avec Yves Parrend, jeudi 22 octobre 2015, Clichy-sous-bois.


1 Frédéric Rognon : Génération Ellul, soixante héritiers de la pensée de Jacques Ellul, Labor et Fides, Genève, décembre 2017.
2 La Croix, Sophie de Villeneuve, 24/12/1996.
3 Entretien du 22/10/2015 avec Yves Parrend

 

Source : protestants.org

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation notamment l’utilisation de cookies afin d'améliorer la qualité de vos visites et réaliser des statistiques.
Mentions légales / Politique de confidentialitéX