Chargement en cours

Protestants à Strasbourg

Membres FPF - Fédération Protestante de France
Membres CNEF - Conseil National des Évangéliques de France
Autres Membres

Dernières actualités du monde protestant de Strasbourg

Culte à l’occasion de la Fête Nationale

Dimanche 12 juillet à 9h30 en église protestante Saint-Pierre le Jeune à Strasbourg

 

L’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine invite à un culte à l’occasion de la Fête Nationale en l’église protestante Saint-Pierre-le-Jeune.

Durant cette célébration,

elles rendent grâce à Dieu pour la liberté et la fraternité vécues et prient pour la paix dans le monde.
elles témoignent de leur reconnaissance à toutes celles et ceux qui assurent notre sécurité au près et au loin.
elles prient pour les victimes des drames qui affectent l’humanité, notamment la pandémie, et pour les personnes qui apportent aide, soutien et réconfort.
elles confient à Dieu toutes celles et ceux qui exercent l’autorité, et président à la destinée de la France, de l’Europe et du monde.
Leur message s’enracine dans cette parole de l’apôtre Paul aux Romains (8, 35 et 39)
« Qui nous séparera de l’amour du Christ ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée ? J’ai l’assurance que rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. »

 

La célébration sera présidée par Isabelle Gerber, Inspectrice ecclésiastique au Directoire.
Christian Albecker, président de l’UEPAL, accueillera l’assemblée.
La prédication sera donnée par Christian Krieger, vice-président de l’UEPAL.

 

Cordiale invitation à tous

 

Dimanche 12 juillet 2020 à 9h30 en l’église protestante Saint-Pierre-le-Jeune, place Saint-Pierre-le-Jeune à Strasbourg

 

Source : uepal.fr

Quelle Église après le covid-19 ?

Du 8 au 10 juillet, l’EPUdF et l’UEPAL organisent un webinaire sur l’Église après le confinement.

La crise du covid19 et les semaines de confinement font surgir de nombreuses initiatives dans les Églises locales et les paroisses. L’inventivité et la confiance sont de mise pour célébrer les cultes, vivre le lien communautaire. Au détour des expériences, l’Église sort de ses habitudes et de ses bâtiments.

Avant l’été et comme une passerelle vers la suite, l’EPUdF et l’UEPAL proposent de prendre le temps de partager les expériences.

Du 8 au 10 juillet, découvrez des thèmes comme Célébrer, Vivre la communauté, Dedans et dehors, Église collaborative. Chaque thème est abordé par une plénière d’une heure avec la participation de deux intervenants présentant une expérience et des ateliers d’une heure en nombre plus restreint pour élargir les champs de découvertes et faciliter les discussions.

 

Programme :

- Célébrer : Mercredi 8 juillet : Plénière : 20h à 21h / Ateliers : 21h15 à 22h15
- Vivre la communauté : Jeudi 9 juillet : Plénière : 11h30 à 12h30 / Atelier : 12h45 à 13h45
- Dedans et dehors : Jeudi 9 juillet : Plénière : 20h à 21h / Atelier : 21h15 à 22h15
- Église collaborative : Vendredi 10 juillet : Plénière : 9h30 à 10h30 / Atelier : 10h45 à 11h45

 

Sur inscription uniquement : cliquez ici

 

Source : uepal.fr

Net for God - 20 ans de partage !

Net for God est un réseau international relié par la prière, inspiré par la vision de l’abbé Paul Couturier.

Net For God est inspiré par l'image du filet du pêcheur dans l'Evangile de Luc au chapitre 5. Travailler à la paix et l’unité entre les Eglises et les cultures est l’objectif principal de ce réseau, également appelé Fraternité Oecuménique Internationale.

"Que tous soient un ... afin que le monde croie que tu m’as envoyé." (Jean 17, 21)

 

Venez décovrir les actions et projets de Net for God ici

"Les loustics" - Yolande et Philippe Schwab, invités de la matinale VIP sur Radio Arc-en-ciel

"Les loustics", allias le couple Yolande et Philippe Schwab, étaient les invités de la matinale VIP du jeudi 18 juin 2020.

Ces experts de la relation, de l'accompagnement et du couple nous invite à prendre soin de notre couple. Ils présentent également le projet de 4 vidéos pour 4 clés pour réussir cet objectif.

Pour écouter l'émission, c'est par ici

 

 

Toutes les infos ici :

- www.psconseil.com

- www.facebook.com/psconseilstrasbourg

 

Source : Radio Arc-en-ciel et Iris

Reprise des activités musicales

Un webinaire pour faire un point sur la situation et répondre aux questions.

De nombreuses chorales, et bien des ensembles de musique, ont été impactés par la crise du Covid-19 : répétitions et projets de concerts ont été brusquement mis à l’arrêt, des chaînes de contamination ont pu se former.

Un webinaire à destination des musiciens d’Église : choristes, organistes, chefs de chœurs, fanfares, instrumentistes divers, etc. a lieu le lundi 29 juin de 18h à 19h30

Suite à la pandémie, dans quelles conditions peut-on envisager de reprendre les activités collectives (chorales, ensembles instrumentaux, bands,…) ? Quelles mesures prendre ? Comment entretenir le contact avec les choristes et les instrumentistes en attendant la reprise ? Comment faire avec les instruments partagés (piano, orgue…) ?

Un médecin, un pasteur, des chefs de chœur et de fanfare ainsi qu’une organiste feront le point de la situation et répondront dans la mesure du possible aux questions du public.

Un lien permettant la connexion à la conférence sera envoyé aux participants. Seuls les intervenants seront visibles et audibles à l’écran. Les participants pourront réagir et poser des questions sur le fil chat.

Inscription obligatoire : cliquer ici

 

Source : uepal.fr

Esprit es-tu là ? - Les peintres et les voix de l’au-delà

Fleury-Joseph Crépin
Tableau merveilleux n° 11

Au musée Maillol
jusqu’au 1er novembre 2020

Gilles Castelnau

15 juin 2020

Le musée Maillol expose les œuvres de trois peintres issus du milieu ouvrier du nord de la France et qui, plongeant par hasard dans le milieu spirite, lui ont donné une forme picturale.
Ces dessins spirituels semblent de même nature que les mandalas bouddhistes ou hindous. Ils ont l’avantage d’exprimer l’élan intérieur que l’on peut éprouver et leur contemplation permet, si on le souhaite, de se détacher pour un instant du monde réel dans lequel nous sommes pour ainsi dire emprisonnés et de pénétrer un au-delà mystérieux.

 

Augustin Lesage (1876-1954)

 

Il est mineur à Saint-Pierre-lez-Auchel dans le Pas-de-Calais. Il n’a pas fait d’études au-delà de l’école primaire. Un jour à l’âge de 35 ans, alors qu’il travaille au fond de la mine, il entend une voix lui dire : « Un jour, tu seras peintre. » Il ne lui en faut pas plus pour qu’il plonge dans le milieu spirite qui évoque les esprits, écoute les conseils que ceux-ci lui donnent et se mette à dessiner et à peindre dans sa maison.

 

Composition géométrique, 1946

 

Depuis le 19e siècle l’intelligentsia française et européenne faisait tourner les tables, écoutait les « esprits » et explorait ainsi le monde de l’au-delà. Allan Kardec en avait systématisé les méthodes en 1857 dans son « Livre des esprits ». Victor Hugo lui-même, Conan Doyle et bien d’autres pratiquaient la chose. Et personne ne s’étonnait qu’un simple ouvrier mineur qui avait tout juste le certificat d’études et n’avait jamais étudié l’art, se mette à peindre de manière si saisissante.

Augustin Lesage disait : « Je sais bien que je ne puis rien peindre si je ne me mets pas sous l’influence des esprits » et à sa mort il avait réalisé huit cents peintures.
Il s’efforçait de laisser instinctivement sa main suivre les gestes que son inspiration lui indiquait !

 

Les Mystères de l’Antique Égypte, 1930

 

Laissons les cartels de l’exposition commenter ces tableaux : ils sont riches et instructifs :

Lesage représente ici des objets de la tombe de Toutankhamon, découverte en 1922 par Howard Carter dans la vallée des Rois. Il reproduit une des statues en bois plaqué d’or qui gardaient l’entrée de la chambre funéraire, un vase à onguents en forme de bouquetin, le trône du souverain et la scène, sur le dossier, le figurant en compagnie de son épouse.
Lesage reproduit aussi des objets des tombes royales d’Ur en Irak, trouvés en 1927-1928 par Leonard Woolley : un bouquetin se nourrissant des feuilles d’un arbuste, la harpe et la tête de la reine Puabi, ornée de ses bijoux. Lesage la représente ici trois fois et dans quinze autres toiles.

Fleury-Joseph Crépin (1875-1948)

 

Tableau n° 157, 14 novembre 1941

 

Plombier-zingueur, musicien, peintre et guérisseur.
Les travaux nécessaires à la reconstruction du bassin minier dans les années 1920 permettent à Crépin de développer à Montigny-en-Gohelle, de multiples activités : quincailler, plombier-zingueur, installateur de pompes, chercheur de sources mais aussi guérisseur par l’imposition des mains. Il joue également de la clarinette, pour animer les bals et compose. Un soir de décembre 1938, alors qu’il recopie de la musique, sa main cesse de lui obéir pour tracer d’étranges motifs. A partir de mars 1939, il se met à « peinturer ». Peu après des voix lui disent : « Quant tu auras peint 300 tableaux, ce jour-là, la guerre finira. »


On pourra discuter de la réalité des « voix » entendues : Quelqu’un qui parle à Dieu est pieux, dit-on mais quelqu’un qui entend Dieu lui parler est schizophrène.
D’ailleurs il n’existe pas de corrélation entre le nombre de tableaux peints par Crépin et la fin de la guerre. Il n’existe pas de destin du tout. On ne peut pénétrer la connaissance de l’au-delà : « vous ne saurez ni le jour ni l’heure » a dit Jésus-Christ.

 

Tableau merveilleux n° 11, 15 juin 1946 : Ce tableau est ci-dessus en exergue.

 

Ses voix lui disent : « Après la guerre, tu feras 45 tableaux merveilleux et le monde sera pacifié. » Il peint la nuit ou le jour, dans la solitude, évoquant seulement à ses côtés la présence d’ombres, ses guides. Il achève la 300e œuvre le 7 mai 1945, la veille de l’armistice, et, en reconnaissance, envoie à Montgomery, à Staline, à Eisenhower, à de Gaulle et à Joukov des tableaux aujourd'hui disparus. Il peint encore une certaine de peintures avant de commencer, le 3 novembre 1947, la série des « Tableaux merveilleux ». A sa mort le 10 novembre 1948, deux « Tableaux merveilleux » restent inachevés. 

Victor Simon (1903-1976)

Fils d’un ouvrier mineur, il passe son enfance entre Divion et Bruay-en-Artois. Dès l’âge de six ans, ses nuits sont peuplées de visions où se côtoient temples sacrés et épreuves initiatiques passées par les prêtres égyptiens. A douze ans et demi, il commence à travailler à la mine alors que la guerre fait rage. Prenant goût à l’étude, il peut quitter le fond et travailler dans les bureaux de la mine.
A 17 ans, il assiste à une séance de psychisme expérimental qui lui laisse une impression prodigieuse sur le monde invisible. En 1933, alors qu’il tient un café, des voix lui commandent de peindre.
Avant de commencer « Résurrection », sa première toile aujourd'hui disparue, il rend visite à Augustin Lesage qui parlera de lui comme du continuateur de son œuvre.
Dès lors la vie de Simon est dévolue à la spiritualité. Il réalise des peintures pensées comme un temple idéal, donne des conférences et écrit.
Il publie un journal, « Forces spirituelles », édité de 1947 à 1976, et trois livres : « Reviendra-t-il ? » (1953), « Du Sixième Sens à la quatrième dimension » (1955), « Du Moi inconnu au Dieu inconnu » (1957). Passionné par la science des religions, particulièrement celle de l’Égypte antique, et les phénomènes supranormaux, il développe son altruisme grâce à son don de guérisseur.

 

La Toile judéo-chrétienne, 1937

 

C’est sa deuxième grande peinture après « Résurrection » aujourd'hui disparue. Dans une période troublée, c’est une étrape spirituelle vers une religion universelle. La composition abrite ses deux maîtres spirituels : son guide vénusien et le Christ. Deux panthères noires féroces et protectrices, gardent l’entrée du temple illuminé par le soleil levant. L’œil se perd dans les motifs ornementaux évoquant les tapis persans. Cette œuvre est restée cachée pendant cinquante ans avant d’être exhumée et restaurée pour l’exposition.

 

La Toile jaune, 1970 – 21 février 1971

« La Toile jaune », dernière peinture de Victor Simon, nous donne à voir l’humanité future. En bas, le corps mental est accompagné de deux figures l’introduisant vers le plan supérieur. Au centre du cercle, le visage du Christ porte sur son front « le Moi éternel ». Les rayons de lumière symbolisant les phases de l’évolution : le corps astral, le corps mental, le corps causal, l’âme morale. Au sommet est représentée la « race bleue » : homme et femme, détachés de leur enveloppe terrestre, reçoivent les radiations spirituelles pour atteindre le plan astral, en dehors du temps et de l’espace. Le foisonnement minutieux des motifs peints par Simon demande l’attention d’un miniaturiste. Appliqué à des grands formats, ce travail extrêmement précis devait conduire Simon mais aussi Lesage et Crépin, si ce n’est à des états de conscience modifiée, au moins à des états de rêverie hypnotique.

 

Source : protestantsdanslaville.org

Bienvenue au pasteur Jean-Luc Gadreau, Responsable du Service Protestant

Le pasteur Jean Luc Gadreau est nommé depuis le 1er Juin 2020 responsable éditorial du Service Protestant sur France Culture, au sein du service communication de la Fédération protestante de France (FPF). Il succède à Benjamin Bories qui prend, de son côté, la responsabilité des productions audiovisuelles propres à la FPF et l’animation de la plateforme protestante des radios locales au sein du même service.
Ces nouvelles nominations font suite à la réorganisation des services en un seul service communication comprenant des productions audiovisuelles, écrites, radiophoniques, diffusées sur le web, les réseaux sociaux et sur France Culture.

Éléments biographiques :
Pasteur baptiste, Jean-Luc Gadreau est, depuis septembre 2016, coordinateur des départements formation, développement et communication de la Fédération Baptiste (FEEBF). Il a été aussi coordinateur du Festival de télévision européen de programmes religieux en 2017. Il conjugue son ministère avec des activités artistiques diverses (musique, écriture, graphisme, photographie…) et de communication (radio, presse, TV…). Attaché de presse du Jury oecuménique du festival de Cannes depuis 2015, il en a aussi été membre à Cannes en 2012 et à Berlin en 2013 et Fribourg en 2019. Il est depuis 2019 président de l’association Interfilm-France co-organisatrice du jury oecuménique de Cannes avec l’association catholique Signis. Jean-Luc Gadreau est également membre de la commission communication de la FPF depuis plusieurs années et a collaboré très fréquemment aux émissions du Service Protestant sur France Culture. Sa formation pastorale est doublée d’une solide formation en radio et en communication et d’une longue expérience radiophonique notamment sur RCF.

Vers une nouvelle formule du service protestant :
Il poursuivra à mi-temps son ministère comme directeur du développement à la FEEBF et travaillera sa mission à la FPF pour le service protestant à mi-temps, en lien étroit avec l’équipe du service communication et la direction de France Culture.

Un comité de suivi éditorial nommé par le conseil de la FPF a été constitué afin de l’accompagner dans une réflexion vers une nouvelle formule du Service Protestant, alliant diversité protestante, apport cultuel et culturel et qualité radiophonique pour un large public. La nouvelle formule devrait voir le jour fin 2021 après une « année test » avec de nouvelles initiatives à écouter chaque dimanche matin sur France Culture de 8h30 à 9h00 et à retrouver en podcast sur www.franceculture.fr et à la Une de www.protestants.org

Coordonnées :

Pasteur Jean-Luc GADREAU
Responsable éditorial du Service Protestant sur France Culture
Tél. 06 71 20 82 35
Mail. jeanluc.gadreau@federationprotestante.org

Contact Presse :

Aude Millet-Lopez
Responsable de la communication
Tel. 06 73 39 55 98
Mail. aude.millet-lopez@federationprotestante.org

 

Nomination Jean-Luc Gadreau service Protestant

 

Source : protestants.org

Les Rendez-Vous de la Pensée Protestante auront bien lieu : Inscrivez-vous

La seconde édition des RVPP, les Rendez-Vous de la Pensée Protestante, aura bien lieu !

Elle se tiendra les 26 et 27 juin au temple du Saint-Esprit à Paris. Des binômes de théologien.ne.s issu.e.s des six facultés de théologie protestantes françaises alimenteront les débats de leurs thèses et de leurs capacité à dialoguer avec parfois des positions diamétralement opposées aux leurs.

Nouveauté de 2020, les RVPP s'élargissent à la francophonie avec la participation de la faculté de théologie de Genève et de la Haute École de Théologie Protestante de Lausanne. Pour l’année prochaine, ce sont les facultés de théologie de Bruxelles et de Kinshasa qui ont manifesté leur intérêt pour nous rejoindre.

La thématique choisie pour cette seconde édition fait le pari d’aborder de front LE sujet qui fâche au sein du protestantisme :

« L'autorité des Écritures pour aujourd’hui : enjeux et perspectives »

Quelle pertinence et quelle autorité la Bible peut avoir dans le monde d’aujourd’hui ? Pourquoi faudrait-il encore lire ces Écritures ? Quel lien avec la Parole de Dieu ? Est-ce qu’elle dit toujours vrai ? Est-ce qu’elle se trompe parfois ? Est-ce qu’interpréter c’est trahir ?

Les RVPP sont ouverts à toutes et tous, sur inscription en ligne préalable. Il est possible d'assister à tout ou partie de l'évènement, en étant présent sur place (toutes les conditions sanitaires seront bien évidemment appliquées).

Toutes les informations sont disponibles sur le site les-rendez-vous.fr.

Pour toute interview, contacter le pasteur Samuel Amédro, président des RVPP, au 06 61 53 78 43 ou Nathalie Leenhardt, directrice de Réforme, au 06 26 45 69 54

 

Source : protestants.org

Magazine Ensemble

Vivre Ensemble n°1

Prochains évènements

Aucun évènement à venir
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos conditions d'utilisation notamment l’utilisation de cookies afin d'améliorer la qualité de vos visites et réaliser des statistiques.
Mentions légales / Politique de confidentialitéX